La Péninsule de Kenai

IMGP0703En général, les parcs nationaux offrent aux visiteurs des lieux naturels de grande qualité dont les attraits sont indéniables. Il est difficile de se tromper lorsqu’on y fait une visite et nous tentons habituellement de ne pas les manquer lorsqu’on en croise sur notre route. Nous nous rendons donc au Exit Glacier, juste avant la ville de Seward qui fait partie du Kenai Fjords National Park. Il y existe un programme junior ranger et Philippe compte bien y récupérer une troisième badge. Pour obtenir une badge, l’enfant doit compléter un petit cahier contenant différents exercices adaptés à l’âge. Il faut s’appliquer et les questions demandent en général une certaine réflexion sur ce qui a été découvert lors de la visite du parc. Ensuite, le cahier est corrigé, l’enfant est questionné et assermenté. Je déclare que cette dernière badge, Philippe ne la méritait pas du tout.IMGP0708 Il n’a fait aucun effort pour répondre aux questions et le cahier, c’est moi et Mathieu qui l’avons complété en grande partie. J’ai réalisé qu’il était beaucoup plus intéressé à collectionner les badges dorées qu’à rehausser sa fierté par le statut de junior ranger. Pour sa défense, je dois mentionner que la matière à l’étude concernait les fjords et les glaciers et que ce sujet n’est pas d’intérêt général. De plus, puisque le matériel est en anglais, les termes doivent être traduits et les parents doivent faire preuve de dynamisme pour rendre le tout vivant et intéressant…Ça tombe mal car la géologie est un sujet que j’ai toujours personnellement trouvé aride et peu attirant. Toutefois, depuis que nous sommes entourés de montagnes et de glaciers et à force de lire les affiches et les panneaux vulgarisateurs, les principes de base de formation du paysage commencent à rentrer par osmose dans mon petit cerveau. De plus, mon vocabulaire s’est élargi et je peux maintenant définir des termes tels moraine, eskers, estuaires, fjords et glaciers.

.IMGP0698IMGP0701IMGP0705IMGP0699

L’Alaska est un vrai laboratoire d’observation et d’apprentissage des sciences naturelles pour qui sait démontrer une ouverture. Je pense souvent à mes amis Christine et Daniel qui sont de vrais amateurs d’écologie et qui réalisent des activités fantastiques sur les sciences et l’environnement avec leurs enfants et ceux de leur communauté. Ils seraient vraiment inspirés par tous les sujets offerts ici.

Les enfants nous font souvent remarquer que nous ne passons pas assez de temps au même endroit. Dès que nous croisons un skatepark ou un endroit pour faire un peu de vélo, ils souhaiteraient s’y établir pour quelques jours. Malheureusement pour eux, nous ne sentons pas que nous avons le temps de nous arrêter! Nous sommes encore trop gourmands de nouveautés, de paysages, de découvertes. Aussi, il y a cette contrainte liée à la température. Nous nous sentons stressés par cette météo incertaine et changeante. Il faut faire des choix…en voir plus moins longtemps ou moins plus longtemps. L’Alaska est pour nous une parenthèse dans le voyage. Un petit détour avant de commencer la vraie aventure. Ici, il n’y aucune surprise, pas de défi, que du bonbon.  La langue, la nourriture, la sécurité, les routes et les nuits n’offrent pas de grands soucis. Nous sommes dans la phase lune de miel du voyage et nous voulons en profiter au maximum.

L’autre élément important de la donne est que je suis une agente de voyage non avouée. Je me délecte des dépliants touristiques ramassés en cours de route. J’y déniche les activités ou les points d’intérêt qui nous conviennent. Je consulte les brochures, les classe et les savoure comme des petites douceurs. Je suis donc très contente de ne pas avoir apporté de guides de voyage pour cette partie du voyage. Je fais un excellent travail de sélection et de tri sans être influencée par un auteur en particulier et cela est très satisfaisant.

Bref, riches de temps mon œil. Le temps passe trop vite. Encore plus sur la route! Pour me rassurer, j’aime me dire que, plus tard, nous ralentirons. Pourtant, je sais bien qu’il y aura toujours des nouveautés à chaque détour et que nous serons tenté de tout voir…

Cooper Landing

Région de Cooper Landing, paradis des pêcheurs. Pas seulement une, mais deux des rivières les plus généreuses du monde y tracent leurs chemins: Kenai et Russian Rivers. Nous sommes en septembre et c’est le temps de la pêche à la truite. Les truites arc-en-ciel y sont très dodues car elles se nourrissent entre autres des oeufs de saumon qui partagent la rivière. Les truites sont pêchées et ensuite relâchées (catch-and-release). Un permis est nécessaire pour pêcher et des règles très spécifiques encadrent ce sport national. Ce n’est pas compliqué, partout où nous passons, il y a des gens qui pêchent. Le terme combat fishing est même utilisé pour décrire la foule présente dans certains lieux très populaires. La couleur de l’eau, turquoise, rend l’endroit remarquable. Des boutiques de Cooper Landing se spécialisent même dans la vente de billes (beads) utiles lors de la pêche à la truite -elles imitent les oeufs de saumon. Tout comme pour les mouches utilisées pour la pêche au saumon, des restrictions particulières s’appliquent. Les mots pêche et Alaska vont vraiment de pair.

IMGP3185IMGP3196

IMGP3186IMGP3209

Nous effectuons un arrêt hâtif en cette journée presque ensoleillée afin de vaquer à certaines occupations nécessaires: vélo et entretien préventif sur le camion (usure prématurée d’un pneu qui justifie une rotation et crevaison lente dans un autre).

IMGP0718IMGP0721

IMGP0720

Le lendemain, nous empruntons un sentier de marche tout près de notre campement: Russian River Falls trail. Cette randonnée de trois heures nous conduit, à travers la forêt, vers une plate-forme d’observation des saumons. (Vers la fin de l’été, les saumons mâle et femelles quittent la mer pour remonter les rivières afin d’aller y déposer œufs et semence dans leur lieu de naissance. Ce phénomène est spectaculaire et la pêche est interdite durant cette période. Ceux qui réussissent la remontée finissent tout de même par mourir car affamés et exténués).

IMGP0724En plus des nombreux avertissements affichés sur les tableaux et dans les stationnements, des signes de présence animale sont évidents partout sur le sentier: herbes écrasées et excréments frais gorgés de petites baies. Mathieu n’hésite d’ailleurs pas à commenter et analyser les indices de très près. A part Christophe qui est un peu plus nerveux de se savoir entouré d’ours bruns (ça fait plus local que de dire grizzly), nous gérons très bien cette situation. On s’habitue à tout finalement. Quand nous arriverons au Mexique, ce seront les scorpions et les serpents qui nous affoleront. A force de voir et d’entendre des mise en garde, des consignes de sécurité et des informations véhiculées par les gens que nous croisons, nous avons relativité certaines éléments d’inquiétudes. Le ranger de Wrangell-St.Elias avait des statistiques récentes sur les attaques infligées par les animaux sauvages et le numéro un en Alaska était le chien errant, ensuite l’orignal et loin derrière, l’ours.

Kenai

Kenai et Soldotna, villes jumelles, sont deux villes voisines que Mathieu soupçonne d’être en compétition. Il lui apparait très étrange que deux villes de taille aussi importante soient aussi rapprochées. C’est du jamais vu en Alaska jusqu’à maintenant! Il est possible que Mathieu ait visé juste mais cette supposée compétition ne rend pas nécessairement les villes de Kenai ou Soldotna intéressantes pour autant. Il y a certes beaucoup de commerces utiles aux voyageurs qui veulent refaire le plein de provisions, mais le reste de la communauté me parait plutôt négligée (mais il y a un skatepark!). Pourtant, le potentiel est là. La vieille ville de Kenai est établie sur une falaise et la vue sur la baie est magnifique. Cette partie de la ville conserve encore quelques bâtisses rappelant la présence russe dans la péninsule (tout comme plusieurs villes de la région). Les Russes venaient faire des échanges de fourrures dans la région à la fin des années 1700. (Les Etats-Unis ont acquis l’Alaska en 1867).

IMGP3226IMGP3227

IMGP3234IMGP3242

IMGP3248Lorsque le temps est dégagé, il est possible d’apercevoir le Ring of Fire: de l’autre côté de Cook Inlet, à l’ouest, se dresse une série de cinq volcans actifs. Nous nous rendons au Captain Cook State Recreation Area mais il vente tellement que la ballade que nous avions prévue sur la plage nous semble moins intéressante. De plus, les nuages nous empêchent de distinguer quoi que ce soit de l’autre côté. Nous reprenons donc la route vers le sud. Puisque nous ne pêchons pas et que nous ne sommes jamais au port au bon moment pour se procurer du poisson frais directement des pêcheurs, nous sommes tentés par un arrêt au marché de poisson. Alors que nous surveillons notre budget de près, nous trouvons la facture assez salée, mais visiter l’Alaska sans profiter du poisson est un peu difficile à justifier…

Je n’ai pas encore osé l’apprêter. Je veux m’assurer de trouver une bonne méthode de cuisson pour faire honneur à ces beaux morceaux de saumon et d’Halibut. De plus, pour les rentabiliser, je songe à les séparer en plusieurs portions ou à les présenter en entrée.

Homer

La route entre Kenai et Homer est très différente de ce que nous avons connu: il n’y a plus de montagnes! La mer toute proche apporte heureusement une touche exotique, bien qu’elle soit difficilement visible de la route. La végétation dense et verdoyante semble bien profiter de cette présence humide. Nous arrivons à Homer sous la pluie. Rien de bien étonnant car il s’agit d’une ville côtière. Malheureusement, cela nous empêchera d’expérimenter le coup de coeur éprouvé par plusieurs touristes qui visitent Homer pour la première fois. La ville, étendue à flanc de montagne, le port s’avançant longuement dan la baie et les volcans en toile de fond permettent à Homer d’en inspirer plus d’un… surtout par ciel clair.

IMGP3254Le soir, nous campons au grand vent et sous la pluie, sur le Spit: une bande étroite de 4 miles de long, formée par les vestiges d’un ancien glacier, qui s’avance dans les eaux de la Kachemak Bay. Durant l’été, l’endroit grouille d’activités et de vacanciers qui viennent camper, pêcher, faire un tour de bateau ou d’hydravion.

 

IMGP3271Le lendemain matin nous visitons le Alaska Islands and Ocean Visitor Center. On nous y présente un aperçu de la richesse de la vie marine et des oiseaux qui fréquentent la baie. On y parle aussi de l’influence des marées. Depuis que nous sommes sur la péninsule, nous remarquons que les informations sur les marées et les vents sont données à la radio avec la météo! De plus, un petit guide des marées est distribuée gratuitement partout en ville et il s’agit d’un document très consulté. Certaines activités de la vie d’ici semble s’organiser autour des marées, notamment la chasse aux palourdes (clamming). Homer est un des endroits au monde où il existe la plus grande différence entre la marée haute et la marée basse. Ce phénomène, combiné à la présence de l’estuaire et des courants marins en fait un endroit particulièrement attirant pour la faune maritime.

IMGP3257IMGP3263

Nous empruntons un petit sentier qui nous mène à la plage. Les enfants s’amusent avec une grande algue en forme de fouet. Pour les faire rire, je fais quelques mouvements désordonnés et je réussis à me flanquer un bon coup sur les deux fesses…

IMGP3273IMGP3284

IMGP3287IMGP3288

IMGP3298IMGP3303

IMGP3306IMGP3308

Homer nous plaît bien. La ville est verdoyante, étendue, le panorama est superbe, les propriétés sont bien tenues. En général, l’Alaska se présente sans façon particulière, simplement, dans un état brut. Mais Homer a un petit côté un peu plus soigné. A ce sujet, je suis tombée sur cette liste qui décrit de manière humoristique, ce qu’être un vrai Alaskan veut dire. En voici quelques extraits:

  1. You cannot imagine life without duct tape.
  2. You don’t understand what’s so exciting about seeing a moose wandering through the middle of town.
  3. Dressing up means putting on your cleanest flannel shirt.
  4. You don’t wash your car anymore, because the dirt is the only thing holding it together.
  5. "There was a moose blocking my driveway" is an acceptable reason for being late for work or school.
  6. You only recognize two seasons: fishing season and waiting for fishing season.
  7. Almost everything you’ll ever need can be found at a hardware store or a sporting goods store.

La liste complète se retrouve sur ce site: http://www.greatlandofalaska.com/humor/Alaskan.html

IMGP3312En remontant vers le nord, nous passons par Anchor point, qui constitue le point le plus à l’ouest de l’Alaska mais aussi des Amériques, atteignable par la route. Nous campons près d’un lac perdu dans la ville de Kasilof. Les enfants font un peu de vélo.

 

 

IMGP3317IMGP3321

IMGP3391Mathieu fait un bref arrêt à la brasserie Kenai River de Soldotna. Après une petite dégustation, il achète un growler, l’équivalent de 64 oz de bière. Dans notre jeune temps, on aimait bien tous les deux faire le tour des brasseries artisanales des lieux que nous visitions. On y faisait des dégustations ou un prenait un petit repas accompagné d’une saveur locale. Dans la péninsule de Kenai, il y a quatre belles brasseries. Nous nous sommes heurtés à des portes closes à deux reprises, alors nous avons fait un détour spécial pour contenter Mathieu au moins une fois!

IMGP3386Avant de rejoindre Anchorage, nous repassons dans le coin de Portage Glacier. Le ciel nous apparait si bleu que nous décidons de nous arrêter pour camper. Nous prévoyons même y faire une petite randonnée le lendemain. Nous avons un petit pincement au cœur car nous sommes sur le point de de quitter la péninsule de Kenai. Une partie de l’Alaska est maintenant derrière nous…

IMGP3331IMGP3336

IMGP3338IMGP3341

Publicités
Cet article a été publié dans Alaska, États-Unis. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s