Limbo state en Colombie-Britannique

Juste après la baignade nous réalisons qu’une petite lacune au niveau de la planification du remplissage des bonbonnes de propane nous amènera à dormir sans chauffage. Même si le thermomètre est sous zéro à l’extérieur notre moral est bon. On se console rapidement en songeant à la petite famille que nous venons de croiser à Takhini  et qui dort depuis 6 semaines dans une tente avec deux jeunes enfants de 3 mois et 3 ans, pendant qu’ils explorent le Yukon et la C.-B. en canot.

Le lendemain, puisque le pied de Christophe semble top, on fait un détour par le skatepark de Whitehorse avant de repartir de la ville. Toutefois, la situation ‘zéro propane’ de la veille a laissé des traces sur le système électrique et le technicien à bord, pas très content, doit prendre un peu de service. Puisque le frigo a été alimenté par les batteries toute la nuit, celles-ci ce sont presque entièrement déchargées (ce qui ne serait pas très bon). Il faut donc les recharger, soit avec la génératrice ou en roulant plusieurs heures.

L’intensité monte d’un cran au changement d’huile que Mathieu effectue pendant que les enfants s’amusent. Il faut l’entendre sacrer lorsqu’il sort et range ses outils qui sont localisés dans un endroit vraiment pas commode: sous le plancher. A chaque fois, un rituel ordonné doit prendre place afin d’accéder et retourner les outils au bon endroit.

A la station sanitaire située au Canadian Tire, on a le gout de partir bien vite lorsqu’une partie du contenu de notre réservoir d’eaux usées se déverse sur la chaussée (la fosse était bloquée)…

Au départ de Whitehorse, nous sentons que nous avons besoin de retourner vers la nature et les grands espaces. Même si nous avons eu une très belle fin de journée aux sources la veille, nous nous sentons vite déphasés lorsque nous séjournons en ville. De plus, les températures trop proches du zéro (soit en bas ou quelques degrés en haut) commencent à nous tomber sur les nerfs. Il faut mettre gants et tuque le matin, notre intérêt à passer du temps à l’extérieur diminue, les enfants ne sortent plus leur vélo et nous ne pensons qu’à mettre du chauffage, même le midi. Nous mettons donc cap au sud afin de retrouver un minimum de 10 degrés constant. Nous décidons d’augmenter le temps de route pour quelques jours afin d’atteindre cet objectif.

Elle est longue cette Colombie-Britannique de haut en bas, près de 2000 km. Et pendant cette traversée, nous sommes dans un état de flottement. Les beautés et les particularités de la C.-B. ne nous attirent pas pour le moment. Nous venons de terminer le premier chapitre de notre aventure et nous avons besoin d’une pause pour assimiler le tout. Nous sommes entre deux, dans une étape de transition, à planifier et discuter ce que nous souhaitons pour la suite. Ce qui est certain, c’est que nous voulons avoir un peu plus chaud…

IMGP4361

Pour la première section, nous empruntons le Cassiar Highway qui relie Watson Lake, Yukon à Smithers, Colombie-Britannique (725 km). Cette autoroute étroite et entièrement pavée traverse la C.-B. pratiquement en son centre et se situe dans une région peu habitée, entourée de lacs et de montagnes. Au tout début, la forêt est calcinée.

 

IMGP4366IMGP4370

Ces journées de route ou la température est froide et maussade m’affecte. Je trouve cela endormant et pour la première fois depuis notre départ, j’aimerais mieux être ailleurs que dans la camionnette. Un peu d’action survient heureusement quand Mathieu s’aperçoit que nous sommes sur le point de perdre les deux roues arrières gauches! Seulement trois écrous sur huit les retiennent. Oui. Il s’agit bel et bien des roues qu’il avait inter changées  lui-même et décidemment, mal resserrées, il y a trois semaines. La correction se fait prestement et la panique est bien contenue, même si l’égo est un peu écorché.

Ce soir-là nous campons sur les abords du très beau Kinaskan Lake.

IMGP4377IMGP4379

Les longues heures de route me permettent de replonger dans mes lectures sur l’histoire du Canada. Nous avons des frissons lorsqu’on s’imagine l’épopée qu’a représentée la conquête de ces terres que nous traversons actuellement. A mesure que nous avançons, nous croisons à travers les villes, communautés, rivières ou sites historiques, le nom des explorateurs, voyageurs, chercheurs d’or et évènements qui ont contribué à faire connaitre l’étendue de ces terres, jusqu’à l’ouest des rocheuses. La plupart des communautés que nous traversons ont débuté à titre de poste de traite de fourrures. D’autres sont nées l’espace d’une nuit pendant la ruée vers l’or.

Et comme ailleurs malheureusement, l’anéantissement des peuples des premières nations (maladie, guerres, exploitation et domination) fait partie de l’histoire de la création de notre pays. La présence des autochtones est un peu plus visible au nord de la province (nombreux territoires leur appartenant) et diminue à mesure que nous rejoignons le sud. Je note que la plupart des informations destinées aux visiteurs mentionnent également les noms d’origines (selon les Premières Nations) des lieux que nous traversons, ce qui n’était pas le cas ailleurs.

IMGP4381Après quelques jours de route froide et brumeuse, nous rattrapons la civilisation et un peu de soleil. Nous peinons même à trouver un endroit de boondocking, ce qui n’était pas survenu depuis fort longtemps. Aussi, il faut se réhabituer à partager la route avec d’autres véhicules, qui se font plus nombreux. Entre et Houston et Prince George, nous croiserons 6 ours noirs sur le bord de la route et cela est en soit le fait saillant de notre journée. Les pâturages et les troupeaux de bovins sont de retour. Les forêts sont denses et l’industrie du bois se fait présente.

Publicités
Cet article a été publié dans Canada. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s