Baja California

Nos premiers jours au Mexique se déroulent de manière très agréable. La Baja California nous offre une belle transition dans ce nouveau pays. Le changement est suffisant pour que nous nous sentions dépaysés mais pas assez pour nous rendre inconfortables. Les Mexicains que nous rencontrons ont l’habitude des touristes et sont très patients et tolérants envers nos balbutiements dans cette nouvelle langue. Par ailleurs, le cout de la vie est plus abordable, ce qui nous permet de prendre quelques repas au restaurant et ceci nous ouvre à de nouvelles expériences. De plus, il est très agréable de pouvoir acheter des aliments frais (fruits, œufs, légumes, tortillas) dans les kiosques présents partout où nous passons. Toute la famille appréciait déjà la cuisine mexicaine version nord-américaine, alors nous avons hâte de découvrir davantage les nouveaux mélanges de saveurs qui s’offrent maintenant à nos papilles.

La partie nord-ouest de la Baja n’a pas de charme particulier et est presqu’un prolongement de la Californie. Il est facile d’aller y passer la journée ou le week-end en provenance de la région de San Diego. Nous ne nous y attardons pas très longtemps, à part ce petit détour via La Bufadora, le lendemain de notre arrivée. Il s’agit en fait d’une caverne sous-marine dans laquelle l’eau s’engouffre et en ressort avec plus ou moins de pression. Le jet d’eau n’est pas très impressionnant lors de notre passage mais le point de vue tout de même agréable.

IMGP7696IMGP7697IMGP7701

IMGP7702Avant de pouvoir admirer ce spectacle naturel, nous devons déambuler devant plusieurs boutiques de souvenirs et puisque notre carapace n’est pas encore très développée devant l’insistance des nombreux vendeurs, nous acceptons que Philippe se procure un masque de lutteur. La lutte masquée (lucha libre) est un sport encore très populaire au Mexique et des spectacles de ce sport ont lieu régulièrement partout au pays et surtout dans la capitale. Les lutteurs masqués ne doivent pas révéler leur identité, ils ont leurs fans et s’impliquent aussi dans des causes citoyennes.

IMGP7713Ce simple masque apporte beaucoup de plaisir à Philippe, qui devient littéralement Rey Mysterio pendant au moins 24 heures. Tel un lutteur mexicain, il garde son masque même en dehors du ring. Le soir, dans un camping au sud de San Quintín, il y a un beau parc de jeu pour les enfants. Les deux garçons s’en donnent à cœur joie sur la trampoline et la piste de trottinette, longtemps après le coucher de soleil. Le lendemain matin, dès 7:00, ils retournent s’amuser sans relâche, jusqu’au moment du départ. Le camping Los Olivos est unanimement déclaré “le meilleur” depuis le départ par les enfants.

IMGP7717Avant d’atteindre le parc désertique central, plusieurs zones de cultures sont visibles, dont plusieurs se font sous serres. Alors que nous nous arrêtons pour prendre une photo de cueilleurs au travail, le responsable vient nous offrir gratuitement une boite complète de céleris à peine sortis du champ. IMGP7722Nous n’en prendrons que quelques uns puisque nous n’avons pas l’espace requis pour en entreposer autant. Par la suite, les cultures font place au désert, avec ses nombreuses variétés de cactus, dont le géant cardon, ses plantes désertiques et des roches imposantes.

Notre route nous mène ce soir près de la mer de Cortès, à la Bahía de los Ángeles. Nous ferons la connaissance d’un jeune couple du Colorado venus faire du kayak dans la baie. Pendant que nous fraternisons, Philippe s’occupe à ramasser des ossements de poissons et d’oiseaux. Il trouvera même une carapace de tortue.IMGP7735IMGP7746

La frontière entre la Baja Norte et la Baja Sur se situe à la hauteur de la ville de Guerrero Negro. Nous y passons la nuit après être revenus bredouilles de notre tentative de nous rapprocher d’un site d’observation des baleines grises qui viennent donner naissance à leurs petits dans la lagune de Ojo de Liebre entre décembre et mars. Le site n’était malheureusement pas encore ouvert lors de notre passage.

IMGP7751IMGP7758IMGP7760

Nous roulons vers le sud, à travers le Desierto de Vizcaíno, avec vue sur les Sierra de San Francisco, avant d’arriver à la ville de San Ignacio. Nous dinons sur place, juste en face de la belle Misíon de San Igancio de Kadakaamán. Christophe s’empresse de sortir sa planche à roulettes lorsqu’il voit un garçon avec la sienne sur la place publique. San Ignacio est une ville oasis, fondée par les Jésuites en 1718 mais qui était depuis longtemps peuplée par les Cochimí, un peuple indigène. Les missionnaires y ont planté de nombreux palmiers, donnant à la ville son aspect si rafraichissant.

IMGP7770IMGP7777IMGP7774

Un peu plus loin, Santa Rosalía, une ancienne ville minière (cuivre), établie par les Français en 1880 nous accueille. L’attraction principale y est l’Iglesia de Santa Bárbara: l’église, aurait été préfabriquée en France par Gustave Eiffel, en démonstration à l’exposition universelle et ensuite envoyée par bateau en 1885.

IMGP7800IMGP7793

IMGP7806Au sud de Santa Rosalía nous rencontrons des groupes de retraités canadiens et américains, installés pour l’hiver dans une jolie baie. La Baja California est en effet un lieu fort prisé par les retraités en raison de sa beauté et de sa simplicité. Les habitués de la place sont sympathiques et surtout curieux de faire notre connaissance.

IMGP7785

Partout le long de la route transpéninsulaire, des croix marquant une fin tragique nous rappellent qu’il vaut mieux prendre son temps. Heureusement, Mathieu s’adapte bien aux nouvelles conditions de conduite, à la route très étroite et à l’absence de bas-côté. Ici, les distances se calculent surtout en terme de temps plutôt qu’en kilomètres à parcourir, puisqu’il faut tenir compte des imprévus (zones de construction, contrôles militaires, état de la route). Une seule route principale parcoure cette pointe, longue de 1700 km, du nord au sud. Pour rejoindre les petits villages côtiers, les ruines des missions, les anciennes mines, les cavernes peintes et les baies isolées, nous devons emprunter des chemins de terre ou de sable dont la condition varie énormément, sans savoir ce qui nous attend vraiment au bout de la route. En raison de notre expérience sur les routes de tôle ondulée de la Death Valley et des bris qui peuvent s’en suivre, nous nous en tenons à la route principale, ou presque. Ceci nous déçoit quand même passablement, puisque nous apprécions tant les moments où nous nous retrouvons seuls au bout d’une route. La Baja regorge encore de lieux peu fréquentés et c’est avec regret que nous choisissons d’y renoncer. Je ne renie pas notre Anguille, mais disons que je regarde avec beaucoup d’envie ces Européens que nous croisons avec leur gros overlanders qui, faute de passer inaperçus, peuvent se rendre là où ils veulent.

Publicités
Cet article a été publié dans Mexique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Baja California

  1. Natasha dit :

    Je veux profiter de l’occasion pour vous souhaiter un Joyeux Noël en famille et une Année 2012 toute en santé et parsemé de beaux paysages tout au long de votre voyage!

  2. Den dit :

    La famille semble bien s’adapter à la nouvelle vie mexicaine ! Profitez en bien; nous nous réjouissons avec vous.
    bisous Den

  3. Tanya Lafreniere dit :

    Bonjour a toi cousin germain et vous cousins ainsi qu’a toi ma chère Pascale chanceuse! C’est avec passion que je vous lis et déguste les informations que vous mettez! Je voulais vous souhaiter de joyeuses fêtes! Pour 2012, j’espère que la santé restera parfaite pour que vous puissiez continuer de vous émerveiller continuellement dans votre aventure! Je vous embrasse!

  4. Kim dit :

    Joyeux Noël les voyageurs! Nous vous souhaitons de la santé et de nombreuses autres belles découvertes!
    Kim

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s