Baja Sur, la suite 1

IMGP8022Le Père Noël n’a pas oublié les enfants, même si nous sommes maintenant au Mexique. Deux petits paquets avaient été laissés sur le toit du campeur, sur le puits de lumière: des jeux vidéos et des bonbons. Une belle attention de sa part, car je ne suis pas très portée sur les cadeaux et les enfants espéraient tellement recevoir une surprise.

Nous avons passé Noël à Loreto car nous croyions qu’il y aurait quelques festivités la veille de Noël. Même si cela ne fut finalement pas la cas, nous avons bien aimé cette petite ville propre et rangée, si facile à explorer à pieds (ou en skateboard). Fondée en 1697, elle fut la première mission Jésuite de la région. La Baja fut ignorée par les Espagnols jusqu’à cette époque, où des églises isolées furent construites à travers la péninsule.

Loreto a été la capitale administrative de tout le territoire Californien (ce n’est qu’en 1854 que les frontières actuelles entre les États-Unis et le Mexique furent établies) jusqu’à ce qu’elle soit frappée par un ouragan dévastateur en 1829. Par la suite, ce fut la ville de La Paz qui obtint ce rôle.

IMGP8007IMGP7989IMGP4981IMGP4990IMGP5000

IMGP8012Lors de notre séjour à Loreto, nous campons dans un quartier résidentiel. Nous nous sentons bien et en sécurité dans ce camping clôturé. Nous y croisons trois autres couples rencontrés lors d’arrêts précédents, dont Willi et Ann, les nouveaux maitres de Chico, un petit chien mexicain qu’ils viennent tout juste d’adopter. Chico, semble t-il, attendait sur le bord de la route que de bons samaritains le sauve d’une mort certaine. Les chiens errants sont nombreux ici. Plusieurs retraités de passage dans la Baja rentrent chez-eux avec un petit cabot. Ceci n’est pas surprenant, car pour les amis des chiens, il n’est pas très difficile de se laisser charmer par l’un d’entre-eux. Après avoir entendu l’histoire de Chico, Philippe s’est demandé à son tour si un chien ne l’attendait pas quelque part au détour d’une route…

IMGP4980Même si la veillée de Noël n’est pas fêtée comme chez-nous, nous entendons tout de même ce soir là beaucoup plus de pétards qu’à l’habitude dans ce petit quartier résidentiel de Loreto. De façon générale, je pense que les Mexicains ne semblent pas incommodés par les décibels. Qu’il s’agisse d’un karaoké, de hauts-parleur réglés au maximum sur les trottoirs d’une boutique ou dans une voiture, de feux d’artifices ou de pétards nocturnes, de chiens, de coqs ou de publicités lancées via des hauts-parleurs mobiles, il y a toujours un bruit de fond depuis que nous sommes dans ce pays, ou presque…

Lorsque nous arrivons par hasard sur la plage d’Ensenada Blanca, le calme règne. Alors que nous croyons devoir faire demi-tour devant la guérite contrôlant l’accès à cette baie, le gardien nous informe que la plage est publique. Je ne sais pas pour combien de temps car de l’autre côté, nous pouvons apercevoir le luxueux resort Villa del Palmar, qui paye pour la sécurité des lieux. Par curiosité nous visitons le complexe qui ouvrira officiellement ses portes en mars 2012. Même avec les réductions de 30% offertes jusqu’à cette date, le coût d’une chambre ne convient malheureusement pas à notre budget. Nous campons de l’autre côté de la baie et profitons de la même vue superbe, d’une plage calme et de belles découvertes à marée basse.

IMGP8024IMGP8038IMGP8049IMGP8039

IMGP8091 La saison des baleines n’est pas encore officiellement débutée. C’est ce que nous apprenons à Puerto López Mateos, un petit village de pêche situé du côté Pacifique. Nous suivons la migration des baleines depuis que nous sommes en Alaska mais nous n’arrivons pas à les apercevoir! Nous dormons tout de même au port ce soir là, sous les bons conseils de Mario et son fils Octavo qui nous proposent deux endroits possibles pour passer la nuit en sécurité. A l’image des autres mexicains rencontrés, Mario prendra le temps nécessaire pour nous renseigner sur les baleines et s’assurer que nous avons bien saisi ses recommandations pour la nuit. Bien que notre espagnol soit plus que rudimentaire, nous parvenons à fonctionner. Par contre, nous devenons souvent désemparés lorsque notre question est bien comprise par notre interlocuteur mais que nous ne pouvons en dire de même au sujet de sa réponse élaborée!

En route vers La Paz, nous nous arrêtons à une petite lonchería typique qui longe la route 1. Ces petites loncherías ou restaurants du peuple, n’offrent pas de confort, d’atmosphère ou de vue intéressante. Elles présentent à la place de la bonne nourriture traditionnelle à un prix économique. Le service peut être lent, les portions inégales et le choix très limité. Par chance, à la Lonchería EL 100, le service est rapide et les empanadas délicieuses.IMGP5002IMGP5003IMGP5005

Au nord de La Paz, passé le terminal portuaire de Pichilingue, où nous prenons quelques informations en vue de notre traversée prochaine sur le territoire mexicain principal, nous campons à la très belle plage El Tecolote. Le vent est encore de la partie mais la mer est superbe. Nous y faisons la rencontre de James, un américain du Nouveau-Mexique, voyageant en moto. Il déjeune avec nous le lendemain matin et en échange de nos crêpes au sirop d’érable, il nous partage son expérience sur les routes de l’Amérique du Sud.

IMGP8113IMGP8116IMGP8119

Capitale de la Baja California Sur, La Paz est une ville moderne avec une très belle promenade sur le bord de l’eau. La baie de La Paz aurait été explorée par Cortés en 1535 et au 17e siècle fut, pendant une courte période, un lieu prisé pour ses lits de perles.

Nous y passons une partie de la journée, notamment avec l’objectif de trouver le skatepark de la ville. Après cette petite exploration et notre enquête auprès de différentes personnes, nous en venons à la conclusion qu’il n’y a pas vraiment de parque de patinetas, mais plutôt un parc ouvert pouvant accueillir les skateurs.

Pour la première fois depuis que nous sommes au Mexique, nous remarquons des contenants pour le recyclage. Aussi, la police est très présente dans la ville: à pieds, à moto et en petit véhicule urbain.

IMGP8129IMGP8131IMGP8141IMGP8143IMGP8150IMGP8138IMGP8139IMGP8148

Publicités
Cet article a été publié dans Mexique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Baja Sur, la suite 1

  1. Agathe dit :

    Bonjour
    Le Père Noël a vraiment été très généreux , c’est sûrement que vous êtes de très bons enfants, ce que je ne doute nullement, Je vous aime
    Agathe xxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s