Crocodiles, tortues et plages mexicaines

Punta Pérula

Après avoir dit au revoir à Sayulita, nous reprenons doucement notre vie de vagabonds, non sans un petit pincement au coeur. S’arrêter, s’enraciner, ne serait ce que pour quelques jours crée des habitudes, une routine, des souvenirs qu’il faut laisser derrière et cela exige un effort, des renoncements, au moment du départ.

Punta Pérula, un petit village de pêcheurs situé à 150 km au sud de Puerto Vallarta, nous surprend par sa superbe plage déserte. Probablement une des plus belles que nous avons visitée jusqu’à maintenant. Christophe en profite pour essayer sa nouvelle planche de Skim board. Grâce à cette plage lisse, sans dénivelé et à son sens de l’équilibre, développé dans sa pratique du skateboard, il réussit rapidement à glisser sur la couche d’eau mince qui s’avance sur la plage suite au retrait de la vague.

IMGP8662

Nous campons deux nuits au Red Snapper Restaurant and RV Park, tout d’abord un peu à contre coeur. Finalement, nous trouvons beaucoup de charme à l’endroit qui a probablement connu de meilleurs jours. Le propriétaire, Randy, 92 ans, s’étonne de ne plus recevoir beaucoup de visiteurs…Sur le site, plus de trace du restaurant Red Snapper mais une vue imprenable sur la plage et en bout de ligne, tout ce que nous avons besoin pour apprécier le calme de ce petit village endormi.

IMGP8664

La Manzanilla

Toujours sur la côte du Pacifique, quelques 65 km au sud de notre dernier emplacement, le village de La Manzanilla occupe une belle plage donnant sur la baie de Tenacatita. La Manzanilla est en plein essor et plusieurs terrains et propriétés neuves sont en vente ou en construction. Pour le moment, il est encore possible de s’imprégner du charme mexicain de ce petit village coloré, même si un développement “à la Sayulita” commence à pointer le bout de son nez, avec une clientèle moins éclectique cependant.

IMGP8688IMGP8787IMGP8689IMGP8701IMGP8739IMGP8747

Nous campons dans l’un des nombreux petits emplacements rustiques situés à l’ouest du village. Depuis Puerto Vallarta, nous remarquons pour la première fois la présence de plaques d’immatriculation du Québec. Nous rencontrons d’ailleurs quelques Québécois campant ou vivant une partie de l’année à La Manzanilla. Ces habitués considèrent La Manzanilla comme le summum de tous les villages de la côte du Pacifique. Probablement en raison de ces quelques mois d’éloignement de notre terre patrie, je remarque que nous éprouvons immédiatement un élan de sympathie et de fraternité envers nos semblables du Québec lorsque nous les rencontrons. En même temps, nous ne pouvons nous empêcher de porter un regard étonné face à certaines habitudes et expressions Québécoises. Sommes nous comme eux? Que cela nous plaise ou non, il suffit de retourner ce même regard vers nous pour conclure humblement que nous sommes aussi de vrais Québécois.

IMGP8669IMGP8672

Nous rencontrons aussi une famille de Colombie-Britannique voyageant avec 5 de leur 6 enfants à bord d’un autobus scolaire peint en bleu. Cette famille hors du commun a toujours voyagé. L’avant dernier enfant de la famille est d’ailleurs né ici, à La Manzanilla, il y a 8 ans. Nous trouvons très intéressant de discuter avec cette famille expérimentée!  Les parents nous exposent leur dilemme du moment en nous partageant le désir de leur deux plus vieux (14 et 16 ans), éduqués à la maison depuis toujours, de rentrer au Canada afin d’aller à l’école. Ils soulignent que l’adolescence constitue une période plus complexe pour ce genre de voyage en famille. De plus, même si leurs enfants ont l’habitude de vivre en cavale, nous constatons qu’ils vivent les mêmes réalités que nous avec leurs enfants au quotidien. Les enfants sont des enfants, que ce soit à la maison ou en voyage. Cette brève rencontre nous inspire en nous présentant une approche et un modèle de vie différents de ce qui est habituellement véhiculé.

Afin de se rendre au centro, depuis notre emplacement de camping, pour aller faire nos emplettes, nous passons devant un petit refuge écologique, Cocodrilario La Manzanilla dont l’objectif principal est de protéger la population locale de crocodiles. Nous retournons plusieurs fois à cet endroit durant notre séjour afin d’observer ces animaux repoussants et fascinants. La possibilité de s’approcher très près de ces bêtes féroces ajoute une dimension excitante à l’expérience! Au Mexique, force est de constater que chacun est responsable de sa propre sécurité (ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi).

IMGP8751IMGP8753

Les crocodiles américains, ou Crocodylus acutus, se retrouvent dans différents endroits au Mexique. Ces bêtes peuvent atteindre une taille remarquable de 4 mètres. Bien que ces animaux soient de nature timide, ils peuvent occasionnellement s’attaquer aux animaux de compagnie ou même aux humains, si ces derniers se retrouvent trop près de leur habitat: les marais et lagunes. Les crocodiles s’aventurent parfois dans l’eau salée et peuvent se déplacer sur de grandes distances. Ils sont donc présents dans plusieurs localités côtières du Mexique.

IMGP8761IMGP8780IMGP8767IMGP8680

Un soir, nous visionnons un film relatant une tranche de la vie de Pancho Villa, un révolutionnaire mexicain haut en couleur. Même s’il est en espagnol, nous prenons plaisir à regarder ce film rempli d’action. Le fait d’être sur place rend doublement intéressant, autant pour nous que pour les enfants, l’acquisition de connaissances sur l’histoire (très dense et complexe) Mexicaine. Après ses moments de doute de la semaine passée, Mathieu semble faire preuve d’un développement accéléré et son aisance en espagnol augmente tant à l’oral qu’au niveau de la compréhension. Il en est de même pour les enfants. Pour eux, les mots nouveaux ne nécessitent qu’une seule présentation pour être mémorisés. Seulement par immersion, Christophe intègre l’utilisation de quelques verbes et utilise des mots et des phrases simples lors des échanges de base. Il fait très forte impression lorsqu’il se présente ou répond spontanément aux questions qui lui sont adressées. Quant à moi, j’ai la chance de faire flatter mon égo à deux ou trois reprises, lorsque des gens pensent à tord que je suis mexicaine, après m’avoir entendu balbutier quelques mots. Tant mieux si la justesse de mon accent espagnol surpasse celui de mon anglais!

Cuyutlán

Cuyutlán, est un autre petit village bien tranquille. Lorsque nous y passons, nous sommes les seuls visiteurs ou presque. La grande plage, les nombreux restaurants avec leurs terrasses de parasols donnant sur la mer semblent pourtant attendre la venue des vacanciers en grand nombre…Nous profitons d’un bon diner à l’ombre avant de marcher sur le large malecon, situé entre les restos de la plage et une rangée d’hôtels et de bâtiments défraichis. Nous flairons le potentiel de l’endroit et nous nous amusons à imaginer que nous faisons l’acquisition d’une de ces demeures abandonnées. Il est facile de visualiser la terrasse, le jardin, le coin skate, la nouvelle couleur des murs et l’ajout de belles céramiques…

Nous campons devant le sanctuaire de tortues qui est fermé le mercredi, jour de notre passage. En attendant, nous explorons la plage de Cuyutlán qui est composée de sable noir et fin provenant de roches volcaniques. Il est brûlant pour les pieds. De petits crabes sont visibles par dizaine, partout où nous posons les yeux. Cela ralentit considérablement notre ardeur à la baignade.

IMGP8790IMGP8791

Le lendemain, nous sommes prêts pour cette visite agréable du Centro El Tortugario. Le sanctuaire protège, en plus des tortues, les crocodiles et les iguanes.

IMGP8789IMGP8848IMGP8794IMGP8801

Depuis le sanctuaire, il est possible de faire un tour de chaloupe nous conduisant dans des tunnels de mangrove.

IMGP8825IMGP8838

En fin de visite, nous avons la chance de libérer quelques bébés tortues prêts à vivre dans la mer. Le taux de survie de ces petites tortues est d’environ 1%. Celles qui survivent reviendront vers l’âge de 15 ans pour pondre sur la plage.

Pour d’autres photos: http://phillobservateur.wordpress.com/

IMGP8856IMGP8859IMGP8865

Publicités
Cet article a été publié dans Mexique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Crocodiles, tortues et plages mexicaines

  1. Natacha dit :

    Super intéressant!!! Merci!!

  2. Agathe dit :

    Allez petites tortues…
    Philippe, que tu devais être heureux !!!!! et avec raison !!!!
    Et votre combat de lutte… un bon exercice ???? Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s