Il fait chaud dans le Chiapas

Après la visite de San Cristóbal de Las Casas, nous poursuivons notre découverte de l’état du Chiapas vers le nord-est, qui nous présente de magnifiques paysages verts et luxuriants. Même si le Chiapas occupe une superficie relativement petite du Mexique, il possède la plus grande biodiversité de toute l’Amérique du Nord. Son climat et ses caractéristiques géographiques sont très diversifiés (côtes, montagnes, basses terres, forêt tropicale et lacs).

IMGP1223IMGP1329

Devant les demeures très modestes des villages traversés, on fait sécher des grains de café sur de grandes toiles étendues sur le sol. Les habitants circulent à pieds sur le bord des routes, transportant des fagots de bois sur leur dos, guidant des petits troupeaux de chèvres ou utilisant un âne pour déplacer des ballots de verdures. Le Chiapas est l’état le plus au sud et nous ne sommes plus qu’à une centaine de kilomètres de la frontière Guatémaltèque et ces paysages naturels et culturels nous préparent à ce que nous rencontrerons en Amérique Centrale.

La région du Chiapas n’est pas sans évoquer les révolutionnaires Zapatistes qui occupèrent San Cristóbal de Las Casas et d’autres villages environnants en janvier 1994 lorsque l’accord de libre-échange fut débuté entre les trois pays d’Amérique du Nord. Les Zapatistas s’opposaient à la globalisation mais surtout revendiquaient plus de terres pour les groupes indigènes de la région (parlant souvent une autre langue première que l’espagnol) et plus d’autonomie pour ces communautés pauvres ne partageant pas les richesses du pays et qui ont historiquement subi beaucoup de préjudices. La contre–attaque violente de l’armée Mexicaine qui a suivi cette rébellion a rapidement été ralentie lorsque un mouvement de solidarité internationale avec les rebelles s’est fait sentir. Depuis ce temps, les négociations se sont poursuivies mais n’ont pas encore connu de résolutions complètes. A moins de démontrer un soutien envers les Zapatistas, les touristes qui visitent le Chiapas ne sont pas embêtés par ces tensions politiques sous-jacentes. Toutefois, il existe de nombreux points de vérification fait par l’armée et des démonstrations citoyennes variées bloquant la route pendant plusieurs heures nous ont été rapportées par plusieurs voyageurs.

De nôtre côté, nous n’avons pas été ralenti par ce genre de manifestations mais nous avons traversé à quelques reprises des “barrages” simulés par une poignée de villageois, souvent des femmes ou des enfants, tendant une corde devant le véhicule, forçant l’arrêt, afin que nous leur remettions un peu d’argent ou que nous achetions sous pression quelques marchandises. Cette attitude plus agressive, que nous rencontrons pour la première fois depuis notre arrivée au Mexique nous déstabilise et nous choque, jusqu’à ce que nous prenions plus d’assurance pour les traverser.

L’environnement sublime que nous offre Agua Azul, avec sa série de chutes et de rapides entourés de jungle, nous fait rapidement oublier l’épisode frisquet et grêleux de San Cristóbal.

IMGP1320

IMGP1322

L’endroit est populaire et la majorité du sentier bordant les cascades est bordé de kiosques de vente, ce qui dénature un peu l’endroit. Heureusement, ceci ne diminue en rien le plaisir rafraichissant offert par ces eaux cristallines.

IMGP9299

Sur les lieux, nous rencontrons Louis et Amélie, un jeune couple de voyageurs de la région de Québec partis depuis deux mois et sur le point de rentrer à la maison, afin de reprendre leurs travails saisonniers sur des fermes maraichères. Amélie est enseignante et effectue également des contrats selon ses disponibilités durant l’année scolaire. La discussion est agréable et enrichissante. Leurs parcours nous inspire. Nous nous reconnaissons dans ce couple en recherche, qui ose adopter en même temps un style de vie convenant à leurs aspirations mais qui diffère du modèle conventionnel.

IMGP9305

À l’heure du souper, alors que nous regardons nos garçons jouer au soccer avec des enfants du coin, nous sommes invités à partager le repas d’une famille mexicaine venus passer la journée à Aqua Azul. Ils sont une trentaine,  grand-père, cousins, oncles et tantes et petits-enfants, à discuter sous un palapa déjà trop petit. Ils nous accueillent avec curiosité et générosité à partager leur repas: soupe tomaté, tacos, eau de coco. Leurs questions sont multiples et variés. Les jeunes filles, plus à l’aise en anglais, servent parfois d’interprètes. La soirée se termine abruptement, lorsqu’une averse monstre force la famille à ranger ses pénates.

Nous campons sur les lieux et profitons du site désert tôt le lendemain matin.

IMGP1259IMGP1270IMGP1296

Quelques kilomètres plus loin, la grande chute de Misol-Hà nous impressionne tout autant. La baignade y est encore meilleure! Le décor est idyllique. Nager dans le bassin, tout près de la chute d’eau est une expérience unique. Un sentier nous permet d’aller derrière la chute.

IMGP9312IMGP9325IMGP9329IMGP9334IMGP9335

Admirer des toucans et des insectes géants dans leur milieu naturel représente un moment plus émouvant qu’une visite au zoo.

IMGP1333IMGP9350IMGP9353

A Palenque, nous passons quelques jours dans un très beau camping, tout près des ruines. Nous y faisons la rencontre de trois groupes de voyageurs francophones. Nous passons une soirée agréable à discuter ensemble, autour de l’apéro, qui s’étire jusqu’à très tard. Nos apprécions la curiosité, les étonnements et les questions exprimés face à nos choix de vie, tant économique qu’éducatif. Ces discussions nous permettent de réaliser un peu plus où nous en sommes par rapport à l’intégration de ces choix radicaux. Les interrogations des autres sont souvent aussi les nôtres…S’entendre raconter notre cheminement et notre vision nous permet d’en apprendre un peu plus sur nous même finalement. Ensemble nous réfléchissons sur l’avenir des familles voyageuses (car ceci est une préoccupation universelle chez les voyageurs) et rigolons de nos différences culturelles. Josette et Cyrille, de Suisse: http://www.nous3.ch/wordpress/; Jean, Marike, Louise et Andréa de France: http://cestnotretrip.canalblog.com/;  Nicolas, Céline, Mia, Elliot, Léna et Tia, la doberman, de Guadeloupe (site en préparation).

Les enfants s’amusent beaucoup à la piscine avec les autres enfants.

IMGP1543IMGP1544

Un soir, la visite d’un singe hurleur sur le terrain de camping ne passe pas inaperçue. Les campeurs se rassemblent pour l’observer et le photographier. Appellé saraguato negro au Mexique et baboon au Belize, il est présent ici, dans le nord du Chiapas, dans le Tabasco et dans la péninsule du Yucatan. Ce singe est large et trapu. Son pelage, entièrement noir, est long et épais. Le mâle, plus gros que la femelle, a un scrotum blanc! Lorsqu’il n’est pas menacé, le singe hurleur est facilement visible car il déambule dans les petits arbres le long des routes, hurlant au lever et au coucher du soleil. Son cri, ressemblant à celui d’une ÉNORME bête féroce est particulièrement impressionnant.

IMGP1377IMGP1385IMGP1381IMGP1378IMGP1389

Nous visitons Palenque dès l’ouverture afin de battre la foule et la chaleur humide. Construit sur une série de terrasses artificielles, entouré de jungle, le site est magnifique. En raison de la chaleur qui ralentit mes ardeurs intellectuelles, je ne fais pas de lectures préparatoires et l’énergie me manque pour faire du rattrapage après la visite. Nous nous contentons donc de nous imprégner globalement du site, grandiose et intriguant, en laissant tomber les informations historiques, qui ajoutent certes à la visite, mais qui ne réussissent jamais à rendre justice à l’ampleur de ces cités mystérieuses.

IMGP1393IMGP1394IMGP1488IMGP1497IMGP1470IMGP1486IMGP1517IMGP1452IMGP1439IMGP1454

Quittant le Chiapas, nous effectuons un bref arrêt à Isla Aguada, qui nous introduit à l’état du Campeche. Nous profitons d’une belle baignade dans le golf du Mexique, juste avant le coucher du soleil. Mathieu et les enfants s’amusent à ouvrir des noix de coco qui jonchent le sol. Le lendemain, en préparation de la fête de Christophe qui souhaite célébrer son anniversaire dans un lieu avec piscine et connexion internet haute-vitesse, nous nous rendons tout près de la ville de Campeche, qui offre un camping répondant aux critères souhaités. Tel que convenu, nous y retrouvons également la famille de Nicolas et Céline, de Guadeloupe, au grand bonheur de Christophe, qui se sent davantage entouré pour sa fête. Le 1er avril, nous célébrons donc le 11e anniversaire de notre grand Coco, au bord de la piscine du club Nauticó.

IMGP1572

Christophe, notre beau grand jeune homme est très fier d’ajouter une bougie à son gâteau.

IMGP1576IMGP1597IMGP1598IMGP1594

Nous sommes des gens du Nord et c’est tranquillement que nous nous adaptons aux réalités imposées par le climat. Les enfants, heureusement, ne se plaignent pas vraiment de la température. De mon côté, la chaleur humide a toujours fait partie de mes bêtes noires. A la maison, à l’exception des moments où j’allais jouer dans mon beau jardin, je privilégiais la plupart du temps l’air conditionné et ventilé de ma grande maison et je me plaignais de la chaleur à la moindre occasion. Ici, les nuits ne sont pas toutes réparatrices et nous tentons d’ajuster notre rythme au niveau d’énergie disponible. L’horaire de nos repas ressemble de plus en plus à celui des Mexicains, avec un dernier goûter pris vers 20h.

Depuis quelques semaines, notre désir d’exploration est naturellement moins soutenu et notre curiosité à découvrir de nouvelles villes n’est plus au rendez-vous. Nous préférons la farniente et recherchons les plans d’eau. Par exemple, nous escamotons la visite pourtant agréable à faire, de la belle ville fortifiée de Campeche, faute d’énergie. Nous goûtons brièvement à son ambiance nocturne, le temps de permettre aux enfants de participer, l’espace de quelques instants, à cette vivacité urbaine de soirée: skate pour Christophe sur le malecon  et tour de voiturette électrique pour Philippe. Les deux semaines de vacances entourant la semana santa viennent de débuter et l’ambiance est aux vacances, comme nous le vivons durant nos semaines de la construction.

Lorsque nous constatons que même notre passage à Uxmal, un lieu archéologique de grande importance, suscite un sentiment de lourdeur généralisé et que nos parties de cartes à l’ombre nous offrent plus de satisfaction que la découverte de richesses patrimoniales, nous décidons de rectifier le tir et de filer quelques jours vers le bord de la mer, question de nous recentrer sur ce dont nous avons réellement envie.

IMGP1614IMGP1649

Depuis que nous avons atteint la péninsule du Yucatan, les déplacements sont rapides et efficaces, car les routes sont larges et les topes se font plus discrets. Nous passons des journées tranquilles et agréables, à Chelem, près de Puerto Progreso. Au menu: baignade dans la mer et à la piscine, soudure pour le campeur (nouvelles barres de support pour l’arrière du campeur), réorganisation et rangement du campeur, jeux pour les enfants et retour à la coiffure habituelle, après plusieurs fous rire.

IMGP1661IMGP1666IMGP1667IMGP1659IMGP1669IMGP1683

Cet article a été publié dans Mexique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Il fait chaud dans le Chiapas

  1. serge lafreniere dit :

    J’espere que ton soudeur n’était pas soudure !!!! Ont vs souhaite joyeuse paque un peux en retard .Ont pense énormément a vous; en plus hier nous avons recu Agathe et Claude pour un beaux souper mémorable. A plus ….

  2. en tout cas pas trop protégé le soudeur je viens d’appeller la csst….
    les gars ressemblent à Krusti le clown….
    même en bécik je n’aimais pas les topes….
    si vous êtes tanné de visité faites un bout en bécik les plaisir va revenir après hihihi
    tu es la seule qui a pas changé de look
    bonne traverse au Guatemala

  3. Natacha dit :

    Bonjour a toute la famille

    Pourcommencer bonne Fete en retard Christophe!!!!!

    Eh les gars, WOW vos cheveux défait!! ;))

    Toujours aussi intéressant de vous suivre, merci!!!

  4. Agathe dit :

    Bravo et bravo Pascale pour tes textes et tes magnifiques photos .. comment trouves-tu le temps de tout faire ça????
    Les gars vous êtes vraiment drôles avec votre superbe coiffure…. c’est très rigolo

    Cher Christophe,on te redit  »BONNE FÊTE » 11 ans déjà….
    Claude et Agathe

  5. Marie-Josée Rancourt dit :

    Vous voilà déjà rendu vers la fin de la partie Mexique, épatant. J’ai vraiment hâte voir et lire le restant de votre voyage!

  6. Isabelle Dubuc dit :

    Bonjour à toute la famille

    Il est vraiment agréable de vous suivre à distance…. C’est souvent en famille que nous prenons de vos nouvelles. Merci pour tous les détails Pascale et pour les magnifiques photos

    Nous souhaitons BONNE FÊTE en retard à Christophe!

    Philippe et Christophe, vous avez vraiment faites rire les filles avec vos superbes coiffures!!!

    Gros bisou!
    La famille Joyal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s