Des vacances au Yucatán

Comme si le Mexique ne nous avait pas encore assez gâtés et éblouis par ses nombreux attraits, nous passons des moments fabuleux dans le Yucatán. Alors que nous étions hésitants à entreprendre l’exploration cette section du Mexique en raison de sa popularité, encore plus durant cette période de vacances mexicaines, nous terminons notre visite enchantés et estimons que nous aurions pu nous y attarder beaucoup plus longtemps. Nous n’avons pas été embêté par l’afflux de vacanciers mexicains sur les routes et dans les lieux visités. Bien sûr, la chaleur est toujours au rendez-vous mais nos activités des dernières semaines incluent de nombreux moments rafraichissants, ce qui nous a permis de survivre et de garder le sourire!

Le Yucatán, de par ses particularités géographique, ethnographique et historique, constitue une destination à part entière. La plupart de ses habitants se considèrent d’ailleurs avant tout Yucatecos et ensuite Mexicains. La péninsule du Yucatán, divisée en trois états (Campeche, Yucatán et Quintana Roo) est l’une des régions les plus visitées du Mexique, particulièrement en raison de l’attrait dégagé par la zone comprise en Cancún et Tulum. En plus de ses merveilleuses plages du côté caraïbes, nous découvrons avec émerveillement toute la diversité que cette région présente aux visiteurs: eaux cristallines, zones archéologiques, culture Maya, villes coloniales et réserves naturelles.

IMGP9580IMGP1711IMGP1969IMGP9546

Une de nos activités “coup de cœur” durant les trois dernières semaines est sans contredit la baignade dans les cenotes, ces puits naturels souterrains particuliers à la région du Yucatán (on en dénombre plus de 6 000). Les cenotes se retrouvent tant en ville que dans la jungle et nous en visitons plusieurs car à chaque fois nous sommes excités à l’idée de découvrir les particularités de ces cavités géologiques et surtout heureux de nager dans leurs eaux vivifiantes (25 degrés Celsius). Nous ne nous gênerons donc pas pour faire des détours et ajuster notre itinéraire en fonction de leur localisation.

Le sol du Yucatán, principalement constitué d’une plaine de roc calcaire donc poreuse, a entraîné la formation de cavernes et d’un réseau de tunnels où l’eau s’est accumulée. Les cenotes qui se retrouvent à la hauteur du sol ressemblent à des lacs alors que d’autres plus profonds servent de point d’entrée à des réseaux complexes de tunnels souterrains. Dans plusieurs cavités la lumière pénètre par des trous localisés au plafond de la caverne. La plupart des cenotes sont remplis d’eau douce alors que ceux près de la mer, d’eau salée. La couleur de l’eau, toujours claire (vraie à la base, malheureusement certains cenotes sont pollués en raison de l’absence de systèmes de gestion d’eaux usés), varie du bleu profond au vert émeraude.

Le premier cenote que nous visitons, celui de San Ignacio, dans le village de Chochola, non loin de Mérida, se retrouve à l’intérieur d’une caverne et ses eaux turquoises sont translucides. Ce petit cenote est situé en plein cœur d’un pueblo dans la cour arrière d’une demeure. La famille-propriétaire a transformé l’endroit en lieu accueillant pour les visiteurs. Des lumières artificielles éclairent l’intérieur de la caverne, ce qui nous permet de bien voir le dôme et ses stalactites.

IMGP9361IMGP9364IMGP9373

Le moment fort de toute cette tournée de cenotes est notre ballade en charriot dans les environs de Cuzamá, qui nous permettra de visiter trois cenotes différents. Nous apprécions le contexte naturel des lieux et puisque nous sommes les premiers lors des baignades, une magie particulière opère.

La veille, nous dormons près de la plaza du village, fin prêts à devancer les visiteurs nombreux en ce weekend de Pâques. Dans le village de Cuzamá, le basketball semble être un sport très populaire. Les enfants passent la soirée à s’amuser avec les gens du village qui viennent en grand nombre se divertir sur le terrain. Femmes, hommes, enfants, adolescents s’amusent harmonieusement sur l’espace de jeu. Un même panier sert simultanément à des joutes distinctes. Les règles sont souples pour les débutants. Les parties de soccer sont même permises! Nus pieds ou en sandales, tout le monde est bienvenue, même les étrangers. Une femme nous laisse même son ballon lorsqu’elle doit quitter, en nous indiquant à qui le remettre à notre départ. De plus, elle nous offre d’aller prendre une douche chez son frère après la partie! Nos deux bonhommes s’amusent rondement mais n’arrivent pas à la cheville de leurs deux adversaires féminines qui ont visiblement plusieurs heures de pratique à leur actif. Christophe nous revient avec de grosses ampoules sous les pieds, mais, ça, les filles ne le sauront jamais.

Le lendemain, c’est donc à bord d’un petit buggy, tiré par un cheval, se déplaçant sur des rails (anciennement utilisé lors de la culture et la récolte du sisal) que nous parcourons plusieurs kilomètres afin d’aller explorer trois magnifiques cenotes à l’éclairage naturel, avec des accès parfois périlleux.

IMGP9417IMGP9418IMGP9445IMGP9448

IMGP9452IMGP9455IMGP9458IMGP9463IMGP9477

IMGP9490IMGP9508IMGP9520IMGP9535IMGP9500

Lors du voyage de retour, nous croisons plusieurs charriots. Il faut donc enlever (plusieurs fois) le nôtre des rails afin de leur laisser le passage!

IMGP9449IMGP9488IMGP9536

Le cenote Yokdzonot est un grand cenote à ciel ouvert. Pour la première fois, le gilet de sauvetage est obligatoire. Le parc est bien organisé et géré par une coopérative qui offre différentes activités en plus de la baignade (kayak, tyrolienne, rappel, camping, vélo). Nous remarquons que les Mexicains ne semblent pas être de bons nageurs en général. Même lorsque les étendues sont vastes, nous les retrouvons souvent très près des cordes, agglutinés sur les quais, appuyés sur les parois rocheuses, avec vestes de flottaison, même lorsque non requises, ou effectuant des traversées précaires lorsqu’ils se décident à s’aventurer un peu plus loin.

IMGP9540IMGP9541

Le cenote Samulá, voisin du cenote X-Kekén, probablement le plus photographié de tous, à Dzitnup.

IMGP1797IMGP1799IMGP1806

A la sortie, après la trempette, la pluie nous surprend. La force de l’averse nous enlève le goût de regagner notre véhicule, situé seulement à quelques mètres devant nous. Nous patientons quelques instants sous le grand palapa, pendant que Christophe attire une foule lorsqu’il improvise quelques notes sur un instrument de musique maya en démonstration.

IMGP1815IMGP1816

Le cenote Zaci, situé au coeur de Valladolid. Celui-ci, nous nous contenterons de le regarder.

IMGP1823

Le cenote Suytun, à l’est de Valladolid.

IMGP1873IMGP1874IMGP1875

Le Gran cenote, juste avant Tulum, porte bien son nom. Il est grandiose avec ses couleurs, son réseau de tunnels sous-marin accessibles aux plongeurs avec bonbonnes et son environnement luxuriant. Des oiseaux, des insectes, des tortues, des chauves-souris et des poissons évoluent dans ce lieu magique.

IMGP2051IMGP2056IMGP9548IMGP9557IMGP9558

Alors que nous avons connu un moment de désintéressement circonstanciel lors de notre passage à Uxmal, nous nous reprenons dans le volet archéologie en effectuant deux belles visites, l’une à Chichén Itzá et l’autre à Ek’Balam. Avec l’aide d’un guide parlant français, nous sommes en mesure de mieux apprécier nos visites archéologiques.

Mais avant la visite de Chichén Itzá, un peu de baignade et d’entretien mécanique.

IMGP1699IMGP1703

Nous sommes définitivement impressionnés par la signification de la grande pyramide de Kukulcán (El Castillo) qui représente le calendrier Maya. Et rassurez-vous, la fin du calendrier Maya n’annonce pas la fin du monde, mais plutôt le début d’une nouvelle ère.

IMGP1712IMGP1772

Le Templo de los Guerreros avec une figure visible de Chac-mool

IMGP1790

Le Gran Juego de Pelota

IMGP1729IMGP1730IMGP1791

Chichen Viejo et le cenote Sagrado, lieu de culte dans lequel était jeté offrandes et sacrifices humains.

IMGP1742IMGP1748IMGP1771IMGP1750IMGP1761IMGP1785

Vers midi, nous quittons les lieux afin de laisser place aux hordes de visiteurs qui arrivent par autobus.

IMGP1795

Petite pause à Valladolid

IMGP1834

et coup de ciseaux pour tout le monde.

IMGP1838IMGP1839IMGP1842IMGP1845IMGP1846IMGP1850IMGP1851IMGP1854IMGP1858

En route vers le nord de la péninsule du Yucatán, nous visitons le très beau site de Ek’Balam, lieu de la première cité Maya du Yucatán. Avec son emplacement central, son palais royal et sa muraille, on croit que cette cité fut probablement la capitale de la région.

IMGP1881IMGP1882

Ses fresques magnifiques sont bien conservées et maintenant protégées. Plusieurs pyramides sont encore ensevelies et des travaux sont en cours pour exposer et restaurer d’autres monuments.

.IMGP1900IMGP1902IMGP1906IMGP1886IMGP1907IMGP1910

Le village de Rio Lagartos, 100 km au nord de Valladolid est protégé du golf du Mexique par une grande île-barrière. L’endroit est magnifique et ses eaux sont habitées par des  flamands roses une partie de l’année. Nous en profitons pour aller observer ces oiseaux roses à bord d’une lancha, qui vient nous cueillir au petit matin, juste devant notre lieu de campement. Cette ballade agréable devient tout simplement mémorable lorsqu’on nous invite à flotter dans un bassin servant à l’extraction de sel de mer et à nous enduire d’argile avant de plonger dans la lagune.

La veille nous avions constaté avec grand étonnement qu’un petit alligator nageait dans cette même lagune, un peu à l’écart des baigneurs qui le surveillaient du coin de l’œil. Après avoir longuement hésités, les gars ont eux aussi décidé de profiter de ce point d’eau invitant. En discutant avec une maman, j’ai donc fait le guet pendant que les enfants s’amusaient dans l’eau. Faut croire qu’on s’habitue à tout.

IMGP1919IMGP1925IMGP1936IMGP1948IMGP1949IMGP1952IMGP1986IMGP1965IMGP1998IMGP2024IMGP2034IMGP2040IMGP2043

Au retour, ce sont les spartiates qui viennent visiter l’imaginaire des enfants, probablement suite au visionnement d’un film sur le sujet il y a quelques semaines. Un combat est donc improvisé d’urgence, avec les moyens du bord.

IMGP2045

Lorsque nous atteignons la Riviera Maya, nous nous posons dans la baie d’Akumal. Le sable est doux et très blanc. La mer des Caraïbes est magnifique. A quelques 100 mètres de la berge, tout près du récif, il est possible d’aller observer avec notre masque et tuba des tortues qui se nourrissent d’herbes marines.

IMGP9575IMGP9576

Le ciel se couvre souvent et des averses fortes nous obligent à nous abriter. La couleur de la mer change alors.

IMGP9568

Un peu plus au nord, Xpu-Ha est encore havre de paix avec un décor à couper le souffle.

Sur la plage, devant un complexe hôtelier abandonné après le passage d’un ouragan en 2004…

IMGP9584

Les cocos n’ont presque plus de secrets pour nous. Philippe les cueille, Mathieu les ouvre et moi je les cuisine.

IMGP9585

Lors de ces incursions tout près de la mer, nous mesurons les avantages que nous confèrent notre petite maison roulante. Ces lieux de rêve sont souvent réservés aux visiteurs logeant dans les complexes hôteliers ou les condos environnants. Gratuitement ou pour le coût d’un stationnement, nous avons la chance de profiter de ces mêmes paysages. Toutefois, les développements immobiliers rendront éventuellement inaccessible ce genre de privilège aux voyageurs ambulants.

Au sud de la Riviera Maya, c’est la Costa Maya, une région encore très peu développée. Nous visitons brièvement Majahual qui reçoit des bateaux de croisière quelques jours par semaine en saison. Lorsque les croisiéristes y descendent par milliers, l’allure de ce petit village constitué d’une seule rue principale doit changer considérablement.

IMGP9598IMGP9595

La laguna de Bacalar, juste un peu avant la frontière Bélizienne offre un panorama hors de l’ordinaire avec ses eaux turquoises nous laissant croire qu’il s’agit de la mer des Caraïbes, alors que c’est un lac immense. Notre premier arrêt nous offre des lieux idylliques. Malheureusement, les moustiques nous assaillent. Nous récoltons des dizaines de piqures après la moindre exposition, si brève soit-elle. Nous obtenons un peu de répit dans l’eau et sur le quai, grâce au vent. Nous avons beau chanter Le moustique de Joe Dassin, “No me moleste mosquito, no me moleste mosquito, no me moleste mosquito, retourne chez-toi. Je fais la sieste moustique, arrête un peu ta musique, ne sois pas antipathique, ne me pique pas” cela ne suffit pas à les faire fuir. C’est nous qui décidons de déguerpir.

IMGP2064IMGP2066IMGP2084IMGP2061

Un beau overlander de voyageurs Australiens qui reviennent d’un voyages de 3 ans en Amérique du Sud et qui se dirigent maintenant vers l’Alaska.

IMGP2088

Au balnéario municipal de Bacalar il n’y a pas de moustique. Que du bleu. Les enfants se baignent longuement. Perfectionnent leur sauts. Notre aventure Mexicaine est sur le point de se terminer. Dans quelques jours nous traverserons au Bélize.

IMGP2096IMGP2093IMGP2122

P.S.: un petit message à vous chers lecteurs. Quel bonheur tout ces petits mots et commentaires que vous nous faites parvenir. Nous les lisons avec joie et ceci nous incite à poursuivre le récit de nos découvertes. Un merci spécial à ma tendre maman, qui nous suit à la trace et qui m’écrit souvent de beaux commentaires et des courriels. Pour la première fois peut-être, j’ai la capacité et le recul pour apprécier tout son amour et sa présence dans ma vie malgré la distance. Je me sens privilégiée.

Cet article a été publié dans Mexique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Des vacances au Yucatán

  1. en tout cas on a pa le même rythme je me souvient d’une journée de 349km entre Tulum, la péninsule de Cancun et Chitchen Itza
    les 8 photos de coupes de cheveux c’est vraiment drôle
    ça met fin à un long chapitre….de votre voyage
    en tout cas le Mexique et le Bélize les contrastes détonnent dans tout les sens c’est fou
    à mon souvenir à la douane du bélize les douaniers était un peu téteux j’ai hâte de voir comment par après vous allez vous rendre au Guatémala par bateau ou par l’intérieur des terres
    nous aussi on apprécie tes blogues bien documentés

  2. Den dit :

    Chère Pascale,
    Moi aussi je me sens choyée de pouvoir visiter virtuellement tous les endroits fabuleux et si extraordinaires que vous explorez…. Grâce à tes textes précis et bien documentés ainsi qu’à tes photos colorées, j’ai le semtiment de vous accompagner.
    Bonne route.

  3. Kim dit :

    Vous êtes très mignons tous les quatre avec vos nouvelles têtes! Merci de persévérer dans l’écriture de ce récit de voyage : de beaux souvenirs, pour vous, et l’impression de voyager avec vous, pour nous!

  4. Kim dit :

    Vous êtes mignons tous les quatre avec vos nouvelles têtes! Merci de persévérer dans l’écriture de ce récit de voyage, ça nous donne l’impression de voyager avec vous.

  5. Cliff dit :

    Nice pictures!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s