Le spectacle de la Cordillera Blanca (Pérou)

Le Pérou nous surprend tous les jours, que ce soit par l’art de la conduite en montagnes ou l’usage indiscriminé du klaxon; par la chaleur des sourires andins ou l’originalité des costumes traditionnels; par la beauté des montagnes aux neiges éternelles desquelles notre regard ne se lasse jamais. Notre passage dans la cordillère blanche nous conduit dans un corridor aux paysages spectaculaires. Que c’est beau le Pérou.

Perou 2013-06-01 005

Au départ de Cajamarca, nous rejoignons la côte à Huanchaco, une petite station balnéaire populaire, connue pour ses embarcations de roseaux, les Caballitos de totora.

Pérou 2013-05-26 001

Pérou 2013-05-26 015Pérou 2013-05-26 019

Malgré le temps gris nous passons plusieurs jours à Huanchaco car la vie y est est agréable. Les enfants trouvent des partenaires de jeux parmi les enfants qui fréquentent le petit camping/hostal qui nous héberge et passent beaucoup de temps à faire des parties de soccer.

De plus, nous recroisons Sabina et Thomas, précédemment rencontrés à Cuenca, qui sont en compagnie d’un autre jeune couple de voyageurs allemands (www.HerrLehmanns-Weltreise.de). Nous faisons également connaissance avec Ricardo et Jocelyn, un couple Chilien/Américain voyageant avec une petite remorque du nord au sud dans le but d’aller s’établir quelques années au Chili (www.trailingtopatagonia.blogspot.com).

Pérou 2013-05-26 011

En plus de nos visites quasi quotidiennes au petit marché de Huanchaco et de dégustation de cremoladas (genre de sorbet), nous allons faire quelques courses à Trujillo, qui possède un centre colonial agréable et visitons le site de Chan Chán qui se trouve à proximité.

De Huanchaco à Trujillo, les mêmes paysages gris, arides, dénudés se succèdent.

De la route principale, nous marchons un kilomètre et demi pour atteindre le site de Chan Chán, ce qui nous permet d’en mesurer la vastitude.

Perou 2013-05-27 007

Chan Chán, construite par le peuple Chimú est la plus grande ville précolombienne des Amériques et la plus vaste cité en adobe du monde.

Le site de Chan Chan qui couvrait plus de 28 km carré et qui abritait plus de 60 000 personnes à son apogée a été presqu’entièrement détruit par des pluies torrentielles et des inondations (El Niño).

Perou 2013-05-27 005Perou 2013-05-27 003

Un seul palais a été restauré en partie, le palacio Nik-An ou palais Tschudi.

La cour de cérémonie, dont les murs sont ornés de motifs.

Perou 2013-05-27 008

Les salles d’audience possèdent un nombre impressionnant de décorations.

Perou 2013-05-27 022

Frises d’adobe aux motifs variés.

Perou 2013-05-27 027Perou 2013-05-27 009

Perou 2013-05-27 013

Lors de la visite de Chan Chán, c’est Mathieu qui fait office de guide. Il nous transmet des informations et ses observations, toutes plus farfelues les unes que les autres, au plus grand plaisir des enfants.

Perou 2013-05-27 036

Perou 2013-05-27 035

Citerne d’eau ou jardin royal?

Perou 2013-05-27 038

Perou 2013-05-27 052

La cité a été abandonnée aux environs de 1470 lorsqu’elle fut prise d’assaut par les Incas, après 10 ans de siège.

Perou 2013-05-27 059

Après cette petite escale sur la côte, nous reprenons le chemin de la cordillère centrale, plus particulièrement celui de la cordillère Blanche. Cette région qui regorge de pics enneigés ( 663 glaciers, dont 29 à plus de 6 000 mètres) et de lacs émeraudes (269 lacs et 41 rivières) attire les grimpeurs et les randonneurs par milliers.

Pour l’atteindre, nous passerons par 48 tunnels, dont 36 dans le fameux secteur du cañon del Pato.

Tout d’abord nous quittons la Panaméricaine à la hauteur de Santa, juste avant Chimbote et roulons jusqu’à Huallanca où nous passons la nuit.

Perou 2013-05-29 004

Perou 2013-05-29 009

Perou 2013-05-29 010

Perou 2013-05-29 016

Le Cañon del Pato est impressionnant, puisqu’à cet endroit les cordillères Blanche et Noire se rencontrent presque. La route étroite trace son chemin à travers 36 tunnels taillés à la main.

Perou 2013-05-30 004

Les Péruviens klaxonnent constamment lorsqu’ils sont au volant et ceci nous a déroutés à plus d’une reprises depuis notre entrée au pays, mais pour annoncer sa venue dans un tunnel, nous approuvons entièrement cette habitude.

Perou 2013-05-30 007

La traversée du cañon peut mettre les nerfs à rude épreuve, surtout lorsqu’il faut faire marche arrière dans des lieux aussi exigus!

Perou 2013-05-30 008

Perou 2013-05-30 017

Perou 2013-05-30 026

Perou 2013-05-30 031

Après la traversée qui ne s’étend que sur 13 km, nous nous dirigeons vers la laguna Parón.

A partir de Caraz, nous empruntons une piste qui passe tout d’abord par des paysages bucoliques et qui se termine par une montée en lacets assez corsée.

Perou 2013-05-30 041

Perou 2013-05-30 051

A mi-chemin, nous entrons dans le parc national Huascaran, qui englobe toute la cordillère Blanche au dessus de 3 400 mètres.

La route passe par un canyon encadré de murs de granit hauts de 1000 mètres.

Perou 2013-05-30 054

A l’arrivée, je m’exclame. Le site est magnifique.

Perou 2013-05-30 070

La laguna Parón, une des plus grandes de la cordillère Blanche, est entourée d’une dizaine de pyramides enneigées. Elle se situe à près de 4 200 mètres d’altitude (13 780 pieds).

Perou 2013-05-30 082

Trop excités par les merveilles qui nous entourent, nous ne respectons pas les règles d’acclimatation aux changements d’altitude. Nous sommes montés trop rapidement et Philippe s’en ressent immédiatement.

Perou 2013-05-30 096

Ce n’est pas du tout le cas pour Christophe qui se laisse emporter par la grandeur du site et me sert un long discours, avec un accent hindou, sur la force, la beauté et les pouvoirs de la nature. A moins que l’altitude ne rende euphorique…

Perou 2013-05-30 106

Perou 2013-05-30 117

Perou 2013-05-30 125

Afin d’aider Philippe, nous redescendons un peu pour la nuit, que nous passons tous agitée.

Perou 2013-05-31 017

Perou 2013-05-31 025

A la sortie du parc, la barrière est fermée et c’est moi qui se charge de l’ouvrir. Même si nous sommes passés sans encombre à l’entrée, je m’assure que la hauteur est bonne. Pour tenir le ballant, je mets mon pied droit sur les roches qui font office de contrepoids. Ces dernières sont ficelées avec de la broche et lorsque j’y mets mon poids, l’une d’entre elles se détache et mon pied tombe dans le trou et mon genou se tord.

Je perds l’équilibre et tombe les quatre fers en l’air en me frappant légèrement la tête sur une roche. Tout se passe très vite. Les enfants viennent à mon secours et ensuite Mathieu, puisque je ne suis pas en mesure de me relever seule. Mon genou me fait trop mal. Quelle chute ridicule!

Perou 2013-05-31 033

Perou 2013-05-31 033

Nous remontons rapidement à bord et descendons à Caraz. Je garde ma jambe allongée et le moral, car je sais que malgré l’élancement, mon genou finira bien par prendre du mieux puisque la blessure ne me semble pas trop grave. Je suis un peu déçue en pensant aux randonnées prévues pour les prochains jours que je ne pourrai réaliser mais les enfants eux s’en réjouissent.

Perou 2013-06-01 002

Le lendemain, nous reprenons la route vers les Lagunas de Llaganuco.

Une route non pavée d’une trentaine de kilomètres, qui devient très cahoteuse à l’intérieur du parc nous y amène.

Perou 2013-06-01 003

Perou 2013-06-01 004

Le temps est couvert mais le spectacle est tout de même intéressant.

Perou 2013-06-01 018

Perou 2013-06-01 023

Nous pique-niquons à l’extrémité de la deuxième laguna, en compagnie des vaches.

Perou 2013-06-01 044

Perou 2013-06-01 046

Puisque le tarif pour la nuitée de camping à l’intérieur du parc nous parait exorbitant, nous retournons doucement à l’entrée pour dormir devant les barrières.

Perou 2013-06-01 049

Perou 2013-06-01 077

Perou 2013-06-01 085

Perou 2013-06-01 131

Des embarcations sont disponibles à la première laguna.

Perou 2013-06-01 140Perou 2013-06-01 151

Le lendemain nous fait voir d’autres paysages superbes à mesure que nous redescendons  vers Yungay.

Perou 2013-06-02 001

Perou 2013-06-02 013

En contrebas, l’ancien ville de Yungay qui fut ensevelit en mai 1970 par un aluvión (associations d’avalanches, de glissements de terrain et de chutes d’eau) provoqué par un tremblement de terre. Yungay y perdit presque tous ses habitants.

Perou 2013-06-02 019

Après Yungay, c’est le charmant village de Carhuaz qui nous accueille. En ce premier dimanche de juin, on célèbre la fête de Jesus Cristo. Des symboles religieux sont tracés au sol et décorés de pétales de fleurs par les jeunes du village.

Perou 2013-06-02 021

Toute la ville est en effervescence en ce jour de marché et de nombreuses familles profitent des nombreux vendeurs de crème glacée.

Perou 2013-06-02 026

Perou 2013-06-02 030

En début d’après-midi une procession défile autour de la plaza et marche sur les créations florales.

Perou 2013-06-02 034

Perou 2013-06-02 036

Avant que les rues ne soient balayées, Philippe récupère quelques échantillons afin d’analyser l’éventail des fleurs utilisées.

Perou 2013-06-02 071

Les chapeaux sont ici différents de ceux des autres régions visitées.

Perou 2013-06-02 033

Perou 2013-06-02 041

Perou 2013-06-02 042

Perou 2013-06-02 053

Après la procession, c’est la danse sur le parvis de l’église.

Perou 2013-06-02 055

Pendant ce temps, les enfants se créent un parcours de skateboard sur la place centrale du village. Ils repasseront des centaines de fois dans les allées, n’interrompant leur élan que quelques minutes à la fois, le temps de poser pour une photo ou d’échanger quelques blagues ou une adresse facebook.

Mathieu et moi passons de longues heures à observer l’activité du village, à partir de cette plaza agréable et très visitée. C’est parfait pour reposer mon genou!

Perou 2013-06-02 069

Nous poursuivons finalement vers Huaraz, la capitale de la cordillère Blanche, qui attire les amateurs d’aventure et de plein air.

Perou 2013-06-03 007

Nous faisons le plein “restos”, puisque la sélection est grande.

Perou 2013-06-03 021

Nous nous imprégnons de l’ambiance “gringos” qui règne dans cette ville agréable et affairée.

Perou 2013-06-03 031

Perou 2013-06-03 032Perou 2013-06-03 036

Perou 2013-06-04 002

Nous passons une agréable soirée avec Sabine et Robert, un couple de cyclistes allemands, en voyage depuis deux ans autour du monde, qui nous avaient donné rendez-vous à Huaraz. Ayant le même rythme que nous (!), nous les avons croisés à plusieurs reprises sur la route au cours des derniers jours. Ils passeront six semaines à Huaraz avec leur ami Stephen car ils sont aussi des alpinistes.

Pérou 2013-06-03 006

Au stationnement qui nous tient lieu de zone de campement, nous rencontrons un couple de suisse-allemand, Hans et Maja qui a beaucoup voyagé. Ils sont en Amérique depuis 5 ans déjà.

Perou 2013-06-05 001

Sans cesse émerveillés par les paysages qui nous entourent, nous ne sommes pas prêts à quitter la cordillère blanche. Nous décidons d’étirer un peu le plaisir en traversant de l’autre côté, via la route qui mène au glacier Pastoruri. Cette route qui part de Pachacoto traverse le parc Huascaran et se termine à Huallanca.

Perou 2013-06-05 003

Nous mâchons des feuilles de coca et cela nous aide à supporter le mal de l’altitude. Il faut un peu de temps pour s’habituer à cette boule au goût amer que l’on forme en humectant des feuilles de coca.

Perou 2013-06-05 012

En route, nous apercevons des Puyas Raimondii, ces plantes géantes en forme de cigares et communes aux hauts prés du Pérou qui mettent plus de 100 ans avant d’atteindre la maturité et qui ne fleurissent qu’une seule fois, avec une éclosion magnifique de plus de   20 000 fleurs.

Perou 2013-06-05 022Perou 2013-06-05 025

Philippe se fabrique un couteau avec les crochets acérés des rameaux de la plante.

Perou 2013-06-05 026Perou 2013-06-05 037

La plupart des plantes du secteur ont la base noircie. On se demande si cela est dû à un incendie.

Perou 2013-06-05 044

En contrebas, des troupeaux de moutons qui sont conduits à travers la vallée. Vie difficile et rudimentaire que celle de berger dans la cordillère Blanche.

Perou 2013-06-05 052

Perou 2013-06-05 053

Perou 2013-06-05 058

Chaque détour nous apporte un nouveau point de vue. Nous sommes seuls sur cette route somme toute en très bon état, ce qui permet à Mathieu d’apprécier pleinement lui aussi les paysages splendides qui défilent.

Perou 2013-06-05 062

Perou 2013-06-05 068

Perou 2013-06-05 082

Le glacier Pastoruri, dont on peu atteindre les glaces moyennant une petite randonnée. Nous poursuivrons cependant notre route, désirant regagner une altitude plus basse avant  la nuit.

Perou 2013-06-05 095

Perou 2013-06-05 117

Perou 2013-06-05 122

Perou 2013-06-05 123

En route vers le col Yanashallla, à 4 880 mètres (16 000 pieds).

Perou 2013-06-05 127

Perou 2013-06-05 131

Un viscache, qui nous fait penser à un croisement entre un lapin et un gros écureuil.

Perou 2013-06-05 140

Notre route continue vers d’autres sommets lointains, tous plus beaux les uns que les autres.

Perou 2013-06-05 163

Perou 2013-06-05 167

Perou 2013-06-05 175

A l’approche de la descente vers Huallanca, les couleurs changent.

Perou 2013-06-05 183

Perou 2013-06-05 193

Perou 2013-06-05 189

Ce parcours fut décidément le plus beau de tous ceux réalisés jusqu’à maintenant…

Nous nous arrêtons à Huallanca pour la nuit, où nous sommes accueillis avec chaleur par l’un des conseillers de la ville ainsi que plusieurs citoyens.

Ce petit village difficile d’accès, qui survit grâce aux mines, voit peu de touristes et vit dans l’ombre des autres municipalités de la région qui constituent de meilleures portes d’entrée pour les treks dans les cordillères.

Stationnés au centre du village, nous faisons l’objet de beaucoup de curiosité et lorsque nous déplions la carte routière, ils sont plusieurs à s’intéresser à notre parcours à l’intérieur de leur pays.

Christophe et Philippe attirent aussi les foules et à un moment donné, ils sont plus d’une cinquantaine à entourer les enfants. Peu de temps après, une partie de soccer s’improvise en haut d’une ruelle. Et ce n’est pas la dégringolade répétée du ballon en bas des dizaines de marches qui découragent tout ce beau monde à poursuivre jusqu’à très tard cette joute.

Le matin viendra vite par contre, puisque que nous sommes tirés de notre notre sommeil peu de temps après six heures par des enfants du village qui s’apprêtent à pratiquer les déplacements d’une parade qui aura lieu dans les prochains jours. Ils frappent donc vigoureusement et joyeusement sur la porte du campeur pour nous aviser de leurs plans.

Malgré le froid (yeurk!) qui prévaut et l’inconfort passager des changements d’altitude, nous choisissons de poursuivre notre chemin jusqu’à Cuzco via les montagnes.

Publicités
Cet article, publié dans Pérou, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le spectacle de la Cordillera Blanca (Pérou)

  1. Kim dit :

    Wow! Comme c’est magnifique!

  2. Den dit :

    Ce qui me touche le plus c’est de voir cette belle capacité d’émerveillement que vous partagez toute la famille devant toute la beauté de la nature.

  3. Frangine_Lyne dit :

    Est-ce que je peux prendre tes photos pour mes fonds d’écran???

  4. ravaux dit :

    a travers vos photos, on revit notre voyage avec bonheur ! ravis de savoir que vous aimez !
    on vous suit avec attention !
    gros becs
    M & JJ

  5. Rémi Lafrenière dit :

    ouf ça c’est à mon goût…
    J’aurais tellement aimé aller vous voir dans ce grand parc là 😦
    mais Andréanne et moi nous avons traversée les états-unis en auto 🙂 avant de revenir à Vancouver et on est ici pour maintenant 1 an… 🙂
    En tout cas vous aviez tous des très beaux sourires

    Salutation 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s