Au rythme de la Bolivie

Alors que nous sommes dans la région centrale de la Bolivie, nous vivons de très bons moments qui nous permettent d’approfondir notre connaissance du pays. A Samaipata et aux alentours, rencontre avec la nature et le grand condor des Andes. Entre Vallegrande et La Higuera, retour dans le passé sur la ruta del Che. Et à Sucre, participation à la vie urbaine avec cours d’espagnol et fête de la Virgen de la Guadalupe.

Bolivie 2013-09-14 036

Nous quittons San Jose de Chiquitos et le petit havre luxueux qu’est la Villa Chiquitana pour nous diriger vers Santa Cruz, la ville la plus grande, populeuse, prospère et cosmopolite de la Bolivie. Non pas dans l’intention de nous y attarder mais plutôt car il s’agit d’un passage obligé afin d’atteindre nos prochaines destinations. Nous effectuons tout de même un arrêt gourmand dans un supermarché grande surface afin de regarnir nos tablettes. Ensuite, au lieu de dormir en ville, nous profitons de la présence d’une réserve naturelle à proximité pour y faire un arrêt plein-air.

Le parc Las Lomas de Arena, est situé à 16 km au sud de la ville et comme sont nom l’indique, est constitué de dunes de sable. Phénomène mystérieux car il s’agit des seules dunes de ce type à des kilomètres à la ronde. Autre incongruité: l’accès à ce parc régional à de quoi surprendre car il chemine à travers des quartiers peu invitants qui nous font douter à plus d’une reprise de l’exactitude de notre entreprise!

Devant un centre de réhabilitation/prison où règne la confusion. (Au retour, nous y resterons coincés de longues minutes alors que plusieurs véhicules tentent vainement de se frayer un chemin dans une intersection déjà surchargée.)

Bolivie 2013-08-27 099

Sur des chemins de sable étroits où les sacs de plastiques s’accrochent aux branches sèches. La présence du sable nous permet de garder espoir sur la proximité de notre destination.

Bolivie 2013-08-27 095

Enfin, après le passage d’une première guérite qui semble marquer les limites du parc, nous parcourons un autre 5 km environ jusqu’à un deuxième point d’arrêt. Le gardien nous suggère de camper devant le premier passage à gué et de parcourir à pieds les 3 km qui nous séparent des fameuses dunes.

Bolivie 2013-08-27 089

C’est ce que nous ferons le lendemain matin, avec nos bottes de caoutchouc, le campeur hors de soucis potentiels.

Bolivie 2013-08-27 086

Bolivie 2013-08-27 087

Encore quelques centaines de mètres à parcourir avant d’apercevoir les dunes.

Bolivie 2013-08-27 082

Faut-il se surprendre de voir un très beau complexe hôtelier dans un endroit aussi incongru et difficile d’accès?

Bolivie 2013-08-27 078

Enfin, les dunes!

Bolivie 2013-08-27 007

Bolivie 2013-08-27 010

Au sommet le vent est virulent, mais cette petite ascension nous rappelle quelques explorations similaires au début de notre voyage. Tout d’abord en Oregon, au Oregon Dunes National Recreation, les Eureka Dunes de la Death Valley en Californie et aussi les Kelso Dunes du Mojave National Preserve également en Californie. Comme le temps file!

Bolivie 2013-08-27 058

Bolivie 2013-08-27 064

Bolivie 2013-08-27 063

Notre journée suivante se déroule dans un tout autre décor, celui de Las Cuevas. Il s’agit d’un lieu de villégiature situé à une vingtaine de kilomètre avant Samaipata. Il est possible d’y camper et d’emprunter un petit sentier conduisant à trois chutes dans un environnement enchanteur et soigné.

Bolivie 2013-08-28 015

Bolivie 2013-08-28 016

Bolivie 2013-08-28 019

C’est dommage pour les enfants car l’eau est beaucoup trop froide pour se baigner, mais tout de même pas trop pour se mouiller les pieds, le temps de la construction d’un barrage. Philippe est un vrai petit castor et prend énormément plaisir à réaliser cette activité avec son père.

Bolivie 2013-08-28 026

Samaipata, un joli petit village de montagne au climat agréable est une destination de plus en plus populaire auprès des voyageurs et l’est déjà depuis un petit bout de temps auprès des étrangers qui sont venus s’y installer en grand nombre. Nous logeons d’ailleurs à la Finca La Vispera, une ferme horticole organique, tenue par un couple Hollandais établi dans la région depuis de nombreuses années.

Un matin, Mathieu et moi effectuons une petite balade sur la propriété. Nous voici sur un trône de pierre, avec vue sur le village.

Bolivie 2013-08-29 006

Bolivie 2013-08-29 001

A Samaipata, nous retrouvons Dagmar et Bernt, le couple allemand croisé à San José de Chiquitos. Nous revoyons aussi Eva et Lukas, que nous avions connus à Cusco. Depuis le Pérou, nous multiplions les rencontres et ceci enrichit notre vie sociale de manière exponentielle! Et ce sera probablement ainsi pour la suite du voyage, puisque cette partie de l’Amérique du Sud est réputée pour être le terrain de jeu de nombreux voyageurs européens avec leur véhicule.

C’est en compagnie d’Eva et de Lukas que nous effectuerons une superbe randonnée dans l’espoir d’observer des condors. Puisque nous n’avions pas visité le cañon de Colca au Pérou, lieu populaire d’observation du condor, je m’étais promis de remettre ça en Bolivie.

El nido de los Condores est un lieu superbe d’observation et se situe à environ 40 kilomètres au sud de Samaipata. Nous laissons nos véhicules au camping et partageons un taxi. La présence de nouvelles personnes dans notre équipe dynamise la famille et les enfants participent avec enthousiasme à cette journée qui est relativement exigeante, avec 4 heures de route et deux heures d’ascension sous un soleil de plomb.

Bolivie 2013-08-30 006

Bolivie 2013-08-30 011

Bolivie 2013-08-30 021

Arrivés à la plate forme d’observation, c’est le moment d’un pique-nique bien mérité.

Bolivie 2013-08-30 028

Ensuite, nous guettons l’apparition des condors avec impatience.

Bolivie 2013-08-30 034

Ils seront au rendez-vous…mais peut-être un peu loin pour que nous puissions mesurer leur amplitude. Malgré tout, nous sommes heureux!

Bolivie 2013-08-30 043

Bolivie 2013-08-30 044

Bolivie 2013-08-30 050

Bolivie 2013-08-30 059

Bolivie 2013-08-30 067

Au retour, les enfants nous devancent comme d’habitude et notre taxi nous a bien attendu.

Bolivie 2013-08-30 117

Les propriétaires de la petite ferme à l’entrée du sentier. Une route récente les relie au reste du monde. Une demeure très modeste mais une arrière cour inégalée.

Bolivie 2013-08-30 121

La famille 4grainsdesel, qui vient également d’arriver à Samaipata, elle aussi en provenance de San José de Chiquitos, nous donne rendez-vous le lendemain pour une visite du Zoo El Refugio, un refuge pour animaux.

Le singe Cheetah qui attend les caresses et qui affectionne tout particulièrement Morgane, la maman des 4 grains de sel.

Bolivie 2013-08-31 004

Bolivie 2013-08-31 005

Bolivie 2013-08-31 008

A l’intérieur du refuge, une structure de jeux qui amuse les enfants.

Bolivie 2013-08-31 025

Après le repas partagé ensemble, les enfants improvisent un partie de soccer dans le restaurant. Attention aux bouteilles!

Bolivie 2013-08-31 044

Souhaitant étirer encore un peu le temps passé en bonne compagnie, nous mettons en place un plan qui nous permettra de prolonger les discussions un peu plus longtemps. Puisque les 4 grains de sel se dirigent au nord et nous, au sud, nous nous installons sous un pont, juste avant notre croisée des chemins, pour une dernière journée.

Samaipata (57)

Nous passons une excellente soirée avec Philippe, Morgane, Lukas et Hugo. Une famille pleine d’humour!

Samaipata (51)

Samaipata (61)

Au matin, lorsqu’on se quitte, nous mettons le cap sur un circuit à saveur historique: la route du Che.

A prime abord, mis à part le visionnement lointain du film Carnet de voyage, nous ne connaissions que très peu de choses au sujet du destin révolutionnaire d’Ernesto Guevera de la Serna. Encore moins qu’il était mort en Bolivie, après y avoir mené ses derniers combats.

Heureusement, ce “détour” captivera toute la famille. Nous nous laisserons emporter par la saga de ce héro belliqueux qui obtiendra une reconnaissance en Bolivie uniquement après sa mort.

Bolivie 2013-09-03 008

Ernesto Guevera, né en Argentine en 1928 est issu d’une famille de classe moyenne. Il est asthmatique dès sa naissance. En 1950, il voyage en motocyclette à travers son pays et en 1952, en compagnie d’un ami, il traverse en moto une partie de l’Amérique Latine. En 1953, il complète son diplôme de médecine et poursuit ensuite ses explorations jusqu’en Amérique Centrale. A l’été 55, il rencontre Fidel Castro à Mexico et il est convenu à ce moment qu’il participera au coup d’état contre le dictateur Batista. En janvier 1959, c’est le triomphe de la révolution cubaine, après une campagne de 3 ans et une force de guérilla réduite à seulement 12 hommes.

Nommé ministre par Fidel Castro, le Che devient le représentant de la libération de Cuba à travers le monde. Toutefois, ses ambitions révolutionnaires l’amènent au Congo en 1965 pour se battre pour la libération du peuple africain (sans succès) et en Bolivie à partir du 3 novembre 1966. A l’époque, l’oppression du peuple bolivien par le dictateur René Barrientos avait paru au Che comme un moment et un lieu stratégique pour lancer une révolution socialiste en Amérique du Sud.

Le Che mènera donc des opérations de guérilla dans la foret bolivienne contre le régime du président Barrientos, mais cette expédition sera un échec. Les guérilleros peinent à recruter et à convaincre les paysans Boliviens. L’armée, soutenue par la CIA, déploie contre eux d’importantes forces militaires, le parti communiste bolivien ne soutient pas les agissements du Che et de sa bande, l’asthme épuise le Che et les combats déciment les maigres troupes.

C’est à Vallegrande. un petit village colonial que nous effectuons notre premier arrêt, car c’est à cet endroit, plus particulièrement sur le terrain de l’hôpital Nuestro Señora de la Malta qu’il est possible de voir l’ancienne laverie de l’hôpital où le corps du Che fut montré à la presse internationale pendant 2 jours, après avoir été abattu à La Higuera le 9 octobre 1967.

Bolivie 2013-09-02 009

Bolivie 2013-09-02 043

L’arrière de la laverie.

Bolivie 2013-09-02 016

Toujours sur le terrain de l’hôpital, une petite chapelle érigée en 2012, à la mémoire du 45e anniversaire de son assassinat.

Bolivie 2013-09-02 026

Alors que des touristes curieux viennent observer l’ancienne laverie située dans la cour de l’hôpital, un médecin se rend auprès d’un malade, l’ambulance attend sa prochaine sortie et une murale du Che décore un mur de l’hôpital. Comme il est intéressant de remarquer l’absence de séparation et de contrôle entre ces différents sphères.

Bolivie 2013-09-02 057

Bolivie 2013-09-02 025

Bolivie 2013-09-02 053

Toujours à Vallegrande, en face de la place centrale, une salle est dédiée au Che, à la Casa de la Cultura. On y présente des photos et des objets ayant appartenus au groupe de guérilla.

Bolivie 2013-09-02 001Bolivie 2013-09-02 003

Photos du Che, prises à la laverie de l’hôpital. Après avoir été transporté par hélicoptère à Vallegrande et exposé à l’hôpital, son corps aurait été jeté dans un tombe secrète. Ce n’est qu’en 1997 que son corps fut exhumé (près de l’aéroport) et rapatrié à Cuba.

Bolivie 2013-09-02 066Bolivie 2013-09-02 068

Bolivie 2013-09-02 080

Photo du passeport utilisé par le Che lors de son entrée en Bolivie en 1966. Toute une transformation! On raconte que ses co-révolutionnaires ne savaient pas qui il était à son arrivée. Ce n’est que lorsque sa barbe caractéristique a repoussé qu’ils ont su à qui ils avaient affaire.

Bolivie 2013-09-02 074

Bivouac à Guadalupe, près du réservoir, pour la nuit.

Bolivie 2013-09-02 083

Le lendemain, nous poursuivons jusqu’au petit village isolé de La Higuera, lieu où le Che fut d’abord capturé et ensuite exécuté dans l’école.

En route, pause pour le dîner.

Bolivie 2013-09-03 003

Ancienne école du village, maintenant un musée.

Bolivie 2013-09-03 048

Bolivie 2013-09-03 022

Le Che voulait convaincre les paysans qu’ils étaient opprimés et les inspirer à la rébellion sociale mais il fut surpris d’être reçu avec autant de suspicion. Barrientos, le président, s’est assuré du support des campesinos en leur octroyant le “droit à la terre”, se garantissant ainsi leur support et jouant la corde patriotique devant cette “invasion étrangère”, il destine la révolution du Che à échouer avant même qu’elle ait débutée.

L’armée comptait sur la collaboration des paysans pour l’informer des mouvements de la guérilla.

Bolivie 2013-09-03 019

Le 8 octobre 1967, la guérilla est coincée dans le ravin El Churo, à proximité du village. L’armée bolivienne, entrainée par les américains l’entoure. C’est à cet endroit que le Che est blessé par balles au cou, à la jambe et à l’épaule. Il est ensuite capturé et tenu prisonnier pendant la nuit dans l’école du village sous la supervision d’un agent de la CIA. Il est exécuté le jour suivant, par une furie de balles, à l’âge de 39 ans.

Bolivie 2013-09-03 021

Le Che apparaissant toujours souriant. C’est ainsi qu’on se rappelle de lui et qu’on le dépeint dans les documentaires que nous avons visionnés pour agrémenter nos visites. Un homme charismatique, idéaliste et extrêmement humain.

Bolivie 2013-09-03 025

Plus de 45 ans après la mort du Che en Bolivie, son image est plus vivante que jamais, surtout que la région tente d’attirer les visiteurs avec son circuit touristique. Il est même possible d’entreprendre un trek de plusieurs jours, suivant le parcours de la bande à mesure qu’elle fuyait l’armée. Nous rencontrons d’ailleurs un jeune homme du nom de Dave, à La Higuera qui nous explique que c’est son père, un photographe ayant fait des recherches approfondies sur le passage du Che en Bolivie qui a initié ce circuit. Cette famille Française a acheté 4 propriétés dans le village, dont la Casa del Telegrafista, endroit utilisé par le Che pour communiquer avec l’extérieur.

Bolivie 2013-09-03 042

Buste et statue du Che à la place centrale.

Bolivie 2013-09-03 033Bolivie 2013-09-03 040

Murales du Che dans la cour intérieure de la zone communautaire.

Bolivie 2013-09-03 036

Entre La Higuera et la très mauvaise piste (20 km) qui nous ramène à la route principale en direction de Sucre, nous parcourons un peu moins de 300 km. Les paysages sont arides mais très jolis.

Bolivie 2013-09-04 003

Bolivie 2013-09-04 004

Bolivie 2013-09-04 006

La route n’est pas très passante mais nous croisons tout de même un cochon sur un pont.

Bolivie 2013-09-04 020

Nous nous arrêtons pour la nuit au milieu de nulle part. Nos compagnons cette fois-ci sont des ânes qui broutent le long de la palissade qui entoure la petite communauté de Pampas Arias, juste après le village de Villa Serrano.

Bolivie 2013-09-05 005

Bolivie 2013-09-05 009

Bolivie 2013-09-05 013

Nous passons dans le fameux village de Tarabuco qui tient un beau marché traditionnel le dimanche et qui est par le fait même très populaire auprès de touristes en raison de la présence d’indiens en habits traditionnels qui viennent y vendre leur artisanat.

Ce n’est pas dimanche, mais nous remarquons tout de même la statue très éloquente qui occupe un côté de la plaza. Il est écrit que cette statue a été érigée à la mémoire d’une bataille particulièrement sanglante entre les Espagnols et les Indigènes, en l’an 1816. Les combattants auraient extirpé le cœur des espagnols et les auraient mangés afin de démontrer leur soif de vengeance et de liberté.

Bolivie 2013-09-05 017

Finalement, nous arrivons à Sucre et y séjournons une dizaine de jours. Sucre est une jolie cité coloniale toute blanche dont le climat doux offre une belle halte avant de retourner dans l’altiplano.

Cela faisait longtemps que je souhaitais raviver mes neurones espagnoles en compagnie d’un interlocuteur qualifié et Sucre me semblait une place de choix. Je suis toutefois la seule de la famille qui s’excite devant un bref passage dans une salle de cours. J’irai donc seule à l’école de langues le temps de 5 matinées et Mathieu et les enfants viendront me rejoindre en ville pour le dîner.

Nous nous installons dans le stationnement d’un hôtel un peu excentré et je me rends à pieds à l’école moyennant une marche de 35 minutes.

A la fin de notre séjour une famille allemande viendra également occuper la cour de l’hôtel.

Bolivie 2013-09-14 008

Le chemin que j’emprunte tous les matins, à partir du terminal de bus.

Bolivie 2013-09-13 004

Sur le coin d’une rue pas très loin de notre hôtel, des camions remplis de fruits (ananas, papayes, oranges, pamplemousses, citrons, limes, bananes, plantains, fraises, noix de coco) déploient leur marchandise sur le sol. C’est un régal et un plaisir que de pouvoir s’approvisionner aussi facilement. Tous les jours Philippe va se chercher un coco et nous achetons de gros sacs d’oranges pour avoir un bon verre de jus pressé tous les matins.

Bolivie 2013-09-13 005

Tôt le matin, les rues du centre sont bondées d’étudiants.

Bolivie 2013-09-13 010

Mon professeur, Jhonny (remarquez l’épellation typiquement latino américaine!) a 28 ans. Il a beaucoup voyagé et possède une connaissance approfondie des enjeux de l’Amérique Latine. En plus de l’espagnol, il maitrise le français, l’anglais, le portugais et le quechua. Son ouverture sur le monde est stimulante et me permet de réfléchir sur des sujets qui m’étaient encore inconnus, tout en augmentant ma confiance à m’exprimer en espagnol.

Bolivie 2013-09-13 012Bolivie 2013-09-13 013

A la sortie des cours, mes trois hommes m’attendent.

Bolivie 2013-09-13 014

Le marché central et ses couleurs.

Bolivie 2013-09-12 004

Juste en haut d’une volée d’escaliers menant vers le centre historique.

Bolivie 2013-09-12 008

Le marché campesino, qui offre beaucoup de dépaysement avec ses rues bondées à en plus finir. Voici ma vendeuse de pommes de terre préférée qui sait toujours m’offrir la bonne sorte de patate.

Bolivie 2013-09-15 001

Lors de notre passage à Sucre, nous sommes attendus par la famille Dillen qui est établie à Sucre depuis 5 mois. Cette famille Belge a posé ses pénates à Sucre, après avoir parcouru certains pays de l’Amérique du Sud en véhicule, dans le but de rédiger un magazine alternatif et un livre sur les familles en voyage. Nous rencontrerons les Dillen à deux reprises, afin d’échanger sur notre mode de vie. Qui sait, notre portrait de famille sera peut-être un jour illustré dans un livre sur le sujet? A suivre!

Également, comme à chaque mois de septembre, c’est la Fiesta de la Virgen de la Guadalupe à Sucre, patronne de la ville. Ce sera pour nous une occasion en or d’assister à une célébration remarquable. Notre véhicule est en sécurité, bien stationné, nous circulons à pieds, pas de souci d’embouteillage. Nous nous laissons donc emporter par la beauté du défilé.

La rue Mendoza, une des artères commerciales principales, est fermée à la circulation depuis le vendredi.

Bolivie 2013-09-14 015

Pendant trois jours, le défilé nous semble incessant. Il est composé de danseurs et de musiciens venus des quatre coins du pays et le parcours est extrêmement exigeant. Les participants doivent soutenir le rythme pendant plus de 7 heures, ceci sans compter les heures de retard au moment du départ…

Bolivie 2013-09-14 013

Pour rejoindre le centre, il faut se frayer un chemin parmi les curieux et la parade.

Bolivie 2013-09-14 017

Un petit sandwich avant d’aller s’installer sur les estrades.

Bolivie 2013-09-14 027

Les costumes sont beaux et les coiffures préparées avec soins.

Bolivie 2013-09-14 034Bolivie 2013-09-14 049

Bolivie 2013-09-14 041Bolivie 2013-09-14 039

Bolivie 2013-09-14 065

Des gens de tous les âges participent à la parade, des enfants, des adolescents, de jeunes adultes. Des parents encouragent les plus jeunes, d’autres donnent de l’eau à ces athlètes qui se démènent sous de lourds costumes et un soleil de plomb.

Bolivie 2013-09-14 051

Bolivie 2013-09-14 048

Bolivie 2013-09-14 044

Bolivie 2013-09-14 057

Bolivie 2013-09-14 058

L’énergie et la virilité des hommes, la grâce et la féminité des femmes sont palpables dans ces mouvements.

Bolivie 2013-09-14 077

Bolivie 2013-09-14 109

Bolivie 2013-09-14 053

Bolivie 2013-09-14 111

Bolivie 2013-09-14 062

La fierté et l’enthousiasme des participants sont communicatifs. La foule est animée et joviale. Nous sommes si près des participants que notre cœur bat avec le leur. Toute une expérience!

Bolivie 2013-09-14 130

Bolivie 2013-09-14 121

Avec la parade qui prend fin à la place centrale, nous voyons les danseurs, pieds en feu qui retrouvent leur famille. Le défilé est terminé mais leur journée est loin de l’être. Les participants doivent retourner dans leurs villages, à pieds, en bus ou dans un camion de livraison…

Pour nous, c’est bien différent. Notre voyage se poursuit confortablement vers le sud-ouest de la Bolivie. A bientôt!

Cet article, publié dans 2013-2015, Bolivie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Au rythme de la Bolivie

  1. Den dit :

    Les textes sur le Che sont très instructifs et les photos de la Fiesta sont superbes. Quelle belle expérience vous vivez !

  2. Agathe dit :

    Encore une fois tes photos dépassent l’amateurisme. La Bolivie m’a surpris, c’est le moins que je puisse dire
    Clodio Love you XX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s