Venezuela: pour les braves seulement

Comme on le dit et le lit partout, c’est vrai que le Venezuela est un pays dangereux. Ceux qui s’y aventurent courent le danger d’y vivre des émotions fortes et d’être totalement renversés par l’incroyable richesse de sa faune et la beauté de ses espaces naturels. Nous n’avons pas échappé à ces périls lors de nos dernières aventures, parmi lesquelles on peut citer une chasse à l’anaconda, une excursion jusqu’à la plus haute chute du monde, la dégustation de spécialités locales et la rencontre de Venezolanos extrêmement sympathiques.

Venezuela 2015-04-03 095

Tracé de cette deuxième partie de notre parcours (18 mars au 4 avril) entre San Juan de las Galdonas sur la péninsule de Paria jusqu’à Torunos au sud de la ville de Barinas.

Ven2

Dans les rues de San Juan de las Galdonas le jour de notre départ on fait sécher des fèves de cacao dans la rue à même le sol. On nous en donne une poignée à déguster. Après avoir retiré la mince pellicule qui la recouvre, la graine de cacao se savoure à petites doses sous cette forme brute puisqu’elle est très amère.

Venezuela 2015-03-18 002Venezuela 2015-03-18 005

Nous ne manquons pas de faire un arrêt à la boutique Mabel dans le village de Chacaracual qui offre des produits chocolatés tous plus appétissants les uns que les autres. Nous goûtons à tout et faisons des provisions (crème glacée et mousse au chocolat, boules de cacao au gingembre, tablettes de chocolat) qui ne perdureront malheureusement pas. Peut-être étions nous carencés mais il s’agit d’un des meilleurs chocolats que nous ayons consommé.

Venezuela 2015-03-18 010

Inspirés par les commentaires de gens rencontrés nous décidons de prolonger notre séjour sur la côte des Caraïbes pour nous rendre à Santa Fé un petit village de pêcheurs situé entre Cumana et Puerto La Cruz.

Venezuela 2015-03-20 002

Nous allons cogner à la porte de la posada Bahia del Mar dont nous avions rencontré les proprios Français il y a quelques semaines à Caripe. Ces derniers, nous reçoivent chaleureusement, nous trouvent rapidement un stationnement sécuritaire et nous donnent de bons conseils même s’ils sont occupés avec les clients Français de leur établissement qui affiche complet.

Venezuela 2015-03-21 037Venezuela 2015-03-21 038

Grâce aux contacts de Jean et Mado nous dénichons pour le lendemain une embarcation qui nous amène dans le Parque Nacional Mochima, plus précisément à la Isla Caracas pour y faire du snorkelling.

Venezuela 2015-03-20 079

Venezuela 2015-03-20 082

Ce tour d’une journée nous permettra de visiter trois sites différents.

Venezuela 2015-03-20 014

Le Parque Nacional Mochima protège une trentaine d’îles et son territoire marin, des plages, des mangroves et des forêts.  Avec ces îles désertiques et une mer émeraude, ce décor est merveilleux.

Venezuela 2015-03-20 087

La pause dîner nous plait beaucoup également: notre guide nous prépare des poissons ultra frais grillés sur le feu avant que nous fassions une dernière exploration sous-marine.

Venezuela 2015-03-20 056 Venezuela 2015-03-20 061

La simplicité d’une telle journée recèle beaucoup de richesses!

Venezuela 2015-03-20 063

Venezuela 2015-03-20 069

Le samedi matin les rues de Santa Fe s’animent à l’occasion du marché.

Sur la table de gauche, des produits tels le sucre, l’huile, la farine, le shampoing, qui sont difficiles à trouver dans les supermarchés et pour lesquels les gens attendent en file, sont revendus à profit.

À droite, un homme tranche le casabe, une grande galette faite à base de manioc. Le casabe n’a pas beaucoup de saveur. Il est meilleur grillé et est un substitut du pain.

Venezuela 2015-03-21 005

Pour moins de 0,50 $, on se procure un kilo de poissons déjà apprêtés en filets. Ce pêcheur tente de nous vendre un poisson loro aux couleurs brillantes.

Venezuela 2015-03-21 007Venezuela 2015-03-21 011

Venezuela 2015-03-21 010

La grosseur de la tête de cette raie a de quoi surprendre.

Venezuela 2015-03-21 012

Puisqu’il le souhaitait Philippe passe chez le coiffeur. Il hésite toutefois un peu avant de prendre place sur la chaise de ce barbier de rue.

Venezuela 2015-03-21 025

Sa tête blonde attire quelques curieux.

Venezuela 2015-03-21 026

Finalement, c’est réussi.

Venezuela 2015-03-21 031

Christophe en pleine action sur un terrain du village de Santa Fé.

Venezuela 2015-03-21 043

Suite à ce court séjour dans l’agréable village de Santa Fe, nous longeons la côte vers Puerto La Cruz (point de départ principal des traversiers qui rejoignent l’île de Margarita) avant de mettre le cap vers le sud en direction de Ciudad Bolivar. Nous optons pour cette trajectoire afin d’éviter la zone plus populeuse et aussi diversifier notre échantillonnage du pays.

Les paysages sur cette section sont spectaculaires mais la route escarpée et étroite ne permet pas d’arrêt pour les photos. En contre bas, des plages réputées et populaires mais qui ne sont pas jugées sécuritaires ces temps-ci pour les étrangers.

Venezuela 2015-03-22 012

Venezuela 2015-03-22 022

A Ciudad Bolivar nous nous arrêtons à l’écart du centre de la ville dans une posada bien connue des overlanders. Nous y trouvons tout le confort espéré. De plus, le manager des lieux offre un service personnalisé et professionnel et nous incite habilement à consommer! Il faut dire qu’avec notre pouvoir d’achat décuplé, nous hésitons moins à nous prévaloir de quelques repas cuisinés et de boissons supplémentaires.

Venezuela 2015-03-28 003

Un service de transport fourni par la posada nous dépose pour quelques heures dans le centre historique qui n’a rien pour nous retenir plus longtemps.

A partir du Parque El Zaujon, vue sur le pont suspendu Angostura.

Venezuela 2015-03-23 001

C’est durant notre séjour à Ciudad Bolivar que nous avons vent que le service de ferry reliant la Colombie au Panama, mis en place il n’y a que 6 mois après des années de pourparlers, offrira une dernière traversée à la fin avril. Si nous voulons nous prévaloir de cette opportunité de transport facile, moins couteuse et beaucoup plus rapide que ce que nous avions connu lors de notre passage en 2012, il nous faut planifier sur le champ la fin de notre séjour en Amérique du Sud.

Sans hésiter, nous envoyons une demande de réservation via le groupe de voyageurs OverlandSphere qui agit à titre d’intermédiaire pour offrir un rabais à ses membres. Le surlendemain nous recevons notre numéro de confirmation pour la dernière traversée du FerryXpress qui aura lieu le 21 avril. Alors que nous n’avions pas encore idée de la date de notre retour en Amérique Centrale nous avons maintenant un échéancier!

Venezuela 2015-03-23 005

Accueillant avec exaltation les situations imprévues, nous nous laissons convaincre de réaliser l’excursion la plus convoitée du Venezuela; celle qui mène au cœur du parc national Canaima pour aller admirer le Salto Angel, la plus haute chute du monde.

Ayant préalablement mis une croix sur cette activité puisqu’il ne s’agit pas de la saison idéale pour la faire (moins d’eau), voilà qu’on change d’idée à moins de 24 heures de préavis et nous voici en route vers l’aéroport de Ciudad Bolivar d’où part notre vol en direction de Canaima qui ne s’atteint que par avion, point de départ de l’excursion.

Venezuela 2015-03-25 003

On s’envole à bord d’un Jetstream 32, un avion de 19 passagers. Le décollage nous surprend alors que nous vivons notre premier « aborted take off ». En d’autres mots, le pilote coupe les moteurs au dernier moment avant le décollage en raison de la défaillance d’un ordinateur lié au fonctionnement d’un des moteurs.  Sans autre formalité le pilote désactive l’ordinateur fautif et cette fois-ci notre deuxième tentative de décollage se solde par un succès.

Venezuela 2015-03-25 006

Notre séjour sera court : 3 jours/2 nuits mais il s’agit de l’itinéraire classique. A l’arrivée, notre guide d’origine Pemon vient nous accueillir à l’aéroport afin de nous conduire à notre posada qui se trouve dans le village.

Venezuela 2015-03-25 018

Martin, un quadragénaire Anglais vivant sur la route depuis une douzaine d’années, alternant entre des périodes d’enseignement de l’anglais en Asie et l’exploration de nouveaux horizons viendra compléter notre petit groupe.

Venezuela 2015-03-27 038 Venezuela 2015-03-27 040

Une rue du village de Canaima.

Venezuela 2015-03-27 033

L’emplacement du village en bordure de la laguna de Canaima est spectaculaire.

Venezuela 2015-03-25 021Venezuela 2015-03-25 027

Venezuela 2015-03-25 028

Une première balade en canot sur la lagune et devant ses chutes.

Venezuela 2015-03-25 038

En saison des pluies le Salto El Sapo est une chute très puissante et les visiteurs peuvent s’aventurer derrière son rideau d’eau. Mais puisqu’elle est tarie à cette époque de l’année, nous trouvons pour notre part une immense satisfaction dans cette trempette au milieu de courants délicieusement chauds et froids.

Venezuela 2015-03-25 042

Venezuela 2015-03-25 050Venezuela 2015-03-25 054

Venezuela 2015-03-25 044

Tout autour de nous des tepuis montent la garde à l’horizon.

Venezuela 2015-03-25 063

Le survol du parc en hélicoptère doit certainement révéler une perspective inoubliable.

Venezuela 2015-03-25 066

Venezuela 2015-03-25 075

Le Salto El Hacha quant à lui n’est pas à sec et nous pouvons nous avancer le long de la paroi et sous la chute.

Venezuela 2015-03-25 089

Venezuela 2015-03-25 118 Venezuela 2015-03-25 123

Un peu de repos après une petite chasse aux coquerelles dans notre chambre.

Venezuela 2015-03-25 105

Le deuxième jour est celui qui nous mènera aux pieds du Salto Angel.

Venezuela 2015-03-26 001

Venezuela 2015-03-26 004

En rouge, le tracé du parcours qui nous attend sur les rivières Carrao et Churun en canot de bois.

Venezuela 2015-03-27 035a

Nous sommes huit à bord : Martin et notre famille ainsi que 3 accompagnateurs Pemon pour manœuvrer l’embarcation.

Venezuela 2015-03-26 005

Venezuela 2015-03-26 008 Venezuela 2015-03-26 011

En saison des pluies, lorsque le niveau d’eau  est à son maximum, la remontée de la rivière prend environ 4 heures. A la veille de la conclusion de la saison, nous mettrons près de 7 heures pour atteindre notre destination.

Ce trajet peut paraitre long mais il y a tellement d’action et de beaux paysages à admirer que la journée file comme l’éclair.

Venezuela 2015-03-26 003

De nombreux rapides doivent être remontés. A plusieurs reprises nous devons descendre et marcher le long de la rive afin d’alléger l’embarcation et permettre au pilote de faire passer la bateau aux endroits plus difficiles.

Durant ces épreuves de force, le moteur et ses composantes sont sollicités au delà de leur capacité. L’hélice sera changée et repolie plusieurs fois au cours de la remontée.

Venezuela 2015-03-26 007

Selon notre position dans l’embarcation nous n’échappons pas aux éclaboussures. Par moments nous sommes trempés et par la suite séchés par le vent et le soleil.

Venezuela 2015-03-26 012

Venezuela 2015-03-26 021

Chaque détour de la rivière nous dévoile un nouvel angle du majestueux Auyantepui, un tepui immense de 700 km carré à partir duquel plonge le Salto Angel.

Venezuela 2015-03-26 022

Venezuela 2015-03-26 025

Comme Philippe l’indique avec sa main, nous bifurquons à mi-course vers un embranchement de la rivière Churun.

Venezuela 2015-03-26 028

Venezuela 2015-03-26 031

Régulièrement les guides alternent de position entre l’avant et l’arrière pour équilibrer le poids du bateau et se relayer dans les manœuvres qui sont extrêmement physiques. Avec une grosse pagaie de bois ils doivent bien positionner la pirogue pour éviter les roches et être dans l’axe du meilleur passage avant que le pilote ne lance le canot à l’assaut des remous avec la puissance du moteur.

Venezuela 2015-03-26 032

Venezuela 2015-03-26 039

Venezuela 2015-03-26 041

Par endroits la couche d’eau est très mince. Les hommes doivent débarquer. La femme et l’enfant sont heureusement épargnés.

Venezuela 2015-03-26 048

Venezuela 2015-03-26 056

L’eau est claire et limpide. Ce parc est d’une beauté exceptionnelle.

Venezuela 2015-03-26 073

De plus en plus près du Auyantepui et premier aperçu du Salto Angel.

Venezuela 2015-03-26 075

La dernière étape consiste à rejoindre à pied le Mirador et ensuite la base de la chute pour une baignade.

Venezuela 2015-03-26 094

Venezuela 2015-03-26 096 Venezuela 2015-03-26 097

Voici le fameux Salto Angel, la plus haute chute au monde et le plus beau trésor naturel du Venezuela.

Venezuela 2015-03-26 020

Avec une chute qui s’étire pendant 983 mètres le Salto Angel est 19 fois plus haut que les chutes du Niagara.

Venezuela 2015-03-26 012

Un autre endroit remarquable que nous pouvons cocher sur notre liste de lieux inoubliables visités!

Venezuela 2015-03-26 035

Le filet d’eau est mince et la perspective ne permet pas nécessairement d’apprécier l’ampleur de la chute. Néanmoins, d’avoir la possibilité de s’y retrouver seuls, sans la foule, sous le soleil et juste avant que la cime ne s’ennuage et que la pluie commence à tomber est tout simplement indescriptible.

Venezuela 2015-03-26 056

La nuit que nous passons à dormir sous un abri et dans un hamac en promiscuité avec un groupe de voyageurs arrivés à la tombée de la nuit, restera également un souvenir indélébile.

Venezuela 2015-03-26 063

Un petit déjeuner hâtif avant de reprendre le chemin du retour, qui sera cette fois-ci beaucoup plus rapide que l’aller.

Venezuela 2015-03-26 081

Venezuela 2015-03-26 093

Notre vol de retour se fait à bord d’un petit Cessna 206 de 4 passagers.

Venezuela 2015-03-26 125 Venezuela 2015-03-26 160

Toute la famille est unanime: nous avons vécu une aventure extraordinaire au Parc national Canaima. Un lieu époustouflant.

Venezuela 2015-03-26 140

Venezuela 2015-03-26 144

Venezuela 2015-03-26 146

Devant l’aéroport de Ciudad Bolivar, l’avion de Jimmy Angel qui a donné son nom à la chute. Ce pilote de brousse Américain s’est écrasé sur la plateau du Auyantepui en 1937 alors qu’il était à la recherche d’or.

Venezuela 2015-03-26 162

Après Ciudad Bolivar nous nous mettons en route vers les Llanos, une vaste zone de plaines inondables utilisée pour l’élevage et qui accueille une incroyable diversité d’oiseaux et d’animaux.

Venezuela 2015-03-28 004

Le midi, nous choisissons un petit restaurant de bord de route typique de la région qui offre de la carne en vara, de la viande de bœuf grillée sur le feu. Nous dégustons pour la première fois une cachapa garnie de queso de mano. Cette crêpe à base de maïs frais est pour nous un coup de cœur!

Venezuela 2015-03-28 007Venezuela 2015-03-28 010

Plusieurs rivières traversent cette grande région.

Venezuela 2015-03-28 012 Venezuela 2015-03-28 014

C’est la campagne et les routes sont peu achalandées. Il y a plus de têtes de bétail que d’habitants.

Venezuela 2015-03-28 017

A Caicara del Orinico, nous avons droit à l’un de nos bivouacs les plus sordides des dernières semaines, derrière un hôtel miteux. Souhaitant maximiser notre temps au Venezuela avant notre retour en Colombie, nous laissons tomber la section amazonienne du pays, ce qui nous amène à emprunter la route qui nous est recommandée comme étant en meilleure condition, c’est-à-dire vers San Fernando de Apure via le nord.

Venezuela 2015-03-28 021¸

Cette décision nous amène à traverser le rio Orinoco vers Cabruta. Un pont est en construction depuis plusieurs années mais il n’est pas encore terminé…Juste avant l’embarquement sur le traversier, une petite camionnette qui fait office de taxi dans la région nous dépasse. Dans la boite un homme est allongé sur une civière portant une jaquette bleu et un soluté. Ses proches l’entourent assis sur les bancs de bois installés à l’arrière. L’homme est dépêché sur une petite chaloupe. On l’amène sans doute à l’hôpital de l’autre côté de la rivière. La scène est très dérangeante. Surtout que sur l’autre rive on réalise qu’il ne semble pas y avoir d’hôpital digne de ce nom à proximité.

Venezuela 2015-03-29 003

Cette route vers le nord supposément plus rapide nous déçoit car elle peu intéressante sur le plan des paysages. Le soir venu nous nous arrêtons devant une petite maison du village d’El Sombrero afin de nous enquérir de la possibilité de nous y installer pour la nuit. La petite famille interrogée nous ouvre alors la porte de son jardin pour que nous puissions y passer la nuit. Il semble souvent le cas qu’une barrière physique si petite soit elle puisse faire la différence entre la définition d’un endroit sécuritaire ou non. Nous acceptons bien sûr!

Venezuela 2015-03-30 006

Cette famille vit très modestement. Elle a emménagé il y a 6 mois dans cette maison qui appartenait au père de Jesus. La famille élargie vit tout autour. Jesus travaille aux champs dans la culture maraichère et Yohelys compte retourner aux études à temps partiel dans le domaine informatique. Leur vie est très difficile depuis les dernières années. Les prix montent mais la valeur de leur production stagne. Les couts de transport étant de plus en plus élevés il n’est plus rentable pour eux d’aller vendre leurs produits à Caracas. S’appauvrissant, ils ne peuvent plus acheter les produits de base au supermarché.

Ils nous racontent que les jeunes garçons du village sont menacés par la présence d’une bande criminalisée qui fait du recrutement parmi eux. Aussi, ils nous informent que des Chinois sont installés dans la région depuis quelques temps et travaillent à la construction d’un chemin de fer. Ils ont l’impression qu’il y a maintenant plus de Chinois que de Vénézuéliens dans leur région!

Jesus, Yohelys et leur fille Gabrihelix.

Venezuela 2015-03-30 004

Un peu plus loin sur la route, nous croisons le Hato la Fe. Nous nous laissons tenter par une journée de farniente totale avec piscine, service de restauration et hamacs.

Venezuela 2015-03-30 012

Venezuela 2015-03-30 014

Une pointe de culpabilité nous envahit une fois installés. Nous aurions aimé pouvoir amener nos amis de la veille dans ce très bel endroit qui leur sera toujours inaccessible, alors qu’il nous est offert sur un plateau d’argent.

Venezuela 2015-03-30 021

Une petite balade à cheval tant qu’à y être?

Venezuela 2015-03-30 039

Venezuela 2015-03-31 001Venezuela 2015-03-30 027

Une fois de plus il nous faut improviser pour organiser une journée d’anniversaire alors que nous sommes en transit vers notre prochaine destination. Cette fois-ci pour notre grand Coco! Alors que la veille nous étions dans un endroit très festif nous voilà près de San Fernando de Apure qui ne présente malheureusement pas vraiment d’attraits particuliers. On opte tout de même pour un séjour à l’hôtel.

Le Gran Hotel Plaza a sans doute connu de meilleurs jours mais le principal intéressé estime que c’est mieux que de passer la journée dans la voiture ou à l’extérieur puisqu’il fait plus de 40 degrés.

Venezuela 2015-04-01 004

Joyeux anniversaire Christophe! Notre aîné a déjà 14 ans. Incroyable.

Venezuela 2015-04-01 005

Venezuela 2015-04-01 016

Venezuela 2015-04-01 019

L’une des rues principales de San Fernando de Apure.

Venezuela 2015-04-02 001

Durant la semana santa nous verrons beaucoup de véhicules d’expédition 4X4 avec tentes de toit, dont certains modèles de grand luxe, sur les routes de la région puisque ce loisir est très populaire au Venezuela et démontrant clairement qu’il existe une classe privilégiée.

Venezuela 2015-04-02 003

Lors d’une pause nous nous stationnons sous un grand arbre à l’écart de la route principale sur un chemin de sable. Alors que nous nous croyons seuls, notre attention se porte sur la présence de deux hommes lançant une pierre à répétition sur le sol dans le champ. On réalise qu’ils s’en prennent à un caiman!

Venezuela 2015-04-02 007

Notre présence impromptue les agace peut-être un peu…mais je suis curieuse. Je leur demande la permission de prendre quelques photos. Ils sont en compagnie d’un jeune touriste venu dans la région spécialement pour goûter à la chair de cet animal.

Alors que je ne l’aurais jamais cru possible, je ressens de la sympathie pour cet animal d’allure préhistorique agonisant.

Venezuela 2015-04-02 011

Les hommes sont un peu nerveux et s’empressent de mettre l’animal dans un sac de plastique avant de déguerpir à moto.

Venezuela 2015-04-02 013 Venezuela 2015-04-02 014

La région des Llanos étant un paradis pour l’observation de la faune, de nombreux Hatos, ou fermes, de la région avaient développé un volet touristique et de conservation de la faune. Mais en 2009 le gouvernement Chavez a pris possession de trois Hatos principaux avec l’intention d’en maximiser le rendement agricole. 6 ans plus tard ces projets tardent à démontrer leur potentiel et l’accès aux visiteurs est maintenant restreint.

Suite à une tentative infructueuse de pénétrer au cœur du Hato El Cedral, le plus réputé des trois Hatos expropriés et le seul offrant encore des activités destinées aux touristes, nous poursuivons vers une autre adresse.

Venezuela 2015-04-02 033

Venezuela 2015-04-02 062Venezuela 2015-04-02 042

Venezuela 2015-04-02 051

Bien que les installations du Rancho Grande affichent « complet » durant cette semaine de vacances, Ramon le propriétaire ajoute quatre couverts à la tablée. Nous sommes très bien accueillis et passons deux journées extraordinaires au cœur des Llanos où la concentration animalière est pour nous du jamais vu.

Venezuela 2015-04-03 005Venezuela 2015-04-03 009

Venezuela 2015-04-03 013Venezuela 2015-04-03 025

Venezuela 2015-04-03 038

Venezuela 2015-04-03 039 Venezuela 2015-04-03 026

Venezuela 2015-04-03 040 Venezuela 2015-04-03 042

Notre première excursion consiste en un tour de camion sur les terres du Hato dans un but bien précis, celui de débusquer un anaconda!

Venezuela 2015-04-03 002Venezuela 2015-04-03 003

Venezuela 2015-04-03 045

Nous accompagnent lors de cette excursion deux jeunes de la famille de Ramon qui participent pleinement à la vie de l’entreprise familiale. Ils sont beaux, dégourdis et confiants. Ils sont pour nous un bel exemple de comment des jeunes de cet âge, lorsqu’intégrés de manière organique dans leur milieu, développent naturellement un sens des responsabilités et des capacités instrumentales qu’on peine à transmettre aux jeunes de chez-nous, incluant les nôtres.

Venezuela 2015-04-03 048

Avec un bâton nos guides tâtent le sol afin de sentir s’il y a signe de vie reptilienne. Ce ne sera pas très long avant qu’on trouve une femelle en pleine séance d’accouplement avec de nombreux males beaucoup plus petits qu’elle.

Venezuela 2015-04-03 050

Venezuela 2015-04-03 058

Nous ne sommes pas certains que cette expédition soit des plus éthique du point de vue de l’animal.

Venezuela 2015-04-03 063

Venezuela 2015-04-03 066

Venezuela 2015-04-03 079

Mais devant le fait accompli, nous jouons le jeu.

Venezuela 2015-04-03 091

On insiste fortement pour que Mathieu prenne l’anaconda autour de son cou. Il a la frousse lorsque la queue du serpent s’enroule autour de sa cuisse au plus grand plaisir du guide et des observateurs.

Venezuela 2015-04-03 096

Venezuela 2015-04-03 098

Venezuela 2015-04-03 106

Le reste de la randonnée se poursuit sur une note plus légère…

Venezuela 2015-04-03 118 Venezuela 2015-04-03 140Venezuela 2015-04-03 143

Venezuela 2015-04-03 120

Les restes d’un capibara précédemment attaqué par un félin.

Venezuela 2015-04-03 121

Venezuela 2015-04-03 129 Venezuela 2015-04-03 135

Venezuela 2015-04-03 147

Venezuela 2015-04-03 157

Venezuela 2015-04-03 162

De retour au campement, tout le monde s’amuse. Ramon, notre hôte a même le temps pour quelques pas de danse au son de la musique traditionnelle des llanos.

Venezuela 2015-04-03 165

Venezuela 2015-04-03 169

Venezuela 2015-04-03 171

Alors que certains s’adonnent à la pêche aux piranhas, nous optons pour une balade en bateau.

Venezuela 2015-04-03 175Venezuela 2015-04-03 181

Là encore nous ne sommes pas déçus, même si Ramon conduit l’embarcation un peu trop vite pour permettre les photos ou pour s’attarder à la contemplation. De nombreux oiseaux, tortues, iguanes, caïmans, capibaras et même dauphins sont au rendez-vous.

Venezuela 2015-04-03 188

Venezuela 2015-04-03 191

Venezuela 2015-04-03 208

Ramon excite les passagers du bateau en scandant « Delfines! Delfines! » alors qu’il tourne en rond avec l’embarcation, jusqu’à ce que les dauphins fassent immanquablement leur apparition!

Venezuela 2015-04-03 214

Venezuela 2015-04-03 270

Venezuela 2015-04-03 224

Venezuela 2015-04-03 232

Ce Ramon a plus d’un tour dans son sac pour plaire à ses visiteurs. Pêchant le piranha (à la machette, rien de moins!) il attache la chair à un bâton pour permettre à un rapace de venir le cueillir au milieu de la rivière alors que les caméras sont déjà prêtes à faire « clic ».

Venezuela 2015-04-03 241

Venezuela 2015-04-03 251

Venezuela 2015-04-03 253

Venezuela 2015-04-03 254 Venezuela 2015-04-03 265

Venezuela 2015-04-03 278Venezuela 2015-04-03 280

Les Venezolanos qui séjournent au Hato en même temps que nous viennent majoritairement de la ville de Barquesimeto. Tour à tour ils viendront nous questionner et s’émerveiller de notre aventure.

Venezuela 2015-04-03 295

Le lendemain, nous ne sommes pas au bout de nos émotions. Ramon préparera de la carne en vara pour le dîner. Il s’en va abattre une vache et nous sommes invités à l’observer.

Venezuela 2015-04-04 006

Venezuela 2015-04-04 002

Venezuela 2015-04-04 015

La vache est attachée à la queue du cheval afin de l’attirer à l’extérieur de l’enclos.

Venezuela 2015-04-04 020

Ensuite c’est la mise à mort avec un couteau sur la gorge.

Venezuela 2015-04-04 022

C’est dur à voir et l’idée de se convertir au végétarianisme nous traverse l’esprit.

Venezuela 2015-04-04 030

Ensuite, le dépeçage.

Venezuela 2015-04-04 032

Sur ce, nous disons au revoir à la famille de Ramon. Nous repartons enchantés de notre passage à ce Hato qui a largement dépassé nos attentes. L’omniprésence de la faune mais aussi l’intégration joyeuse et harmonieuse de toute la famille au bon fonctionnement de l’entreprise nous a profondément marqués.

Sur le chemin du retour vers la route principale, nous avons droit à une autre surprise de taille : des loutres géantes. Nous n’en avions jamais vues auparavant.

Venezuela 2015-04-04 059

Venezuela 2015-04-04 064

Venezuela 2015-04-04 067

Venezuela 2015-04-04 088

Venezuela 2015-04-04 104Venezuela 2015-04-04 105

Venezuela 2015-04-04 113

Venezuela 2015-04-04 117

Venezuela 2015-04-04 120

Venezuela 2015-04-04 128

Une nuit dans un petit balneario à Torunos au sud de Barinas conclut notre passage dans cette extraordinairement riche région des Llanos.

Sur les lieux, nous discutons avec des familles de la région de Mérida venues s’amuser avant le retour au travail, suite aux vacances de la semaine sainte.

Venezuela 2015-04-05 007

Le propriétaire de ce balneario a travaillé pendant de nombreuses années à Margarita auprès de Canadiens qui venaient jadis en grand nombre visiter l’île. Il sent donc rapidement une affinité et une curiosité envers nous, Canadiens. Une autre femme du groupe est Colombienne et nous fait par des avantages qu’elle voit à vivre au Venezuela, notamment pour la qualité de vie qu’elle y trouve, ce qui semble être surprenant pour certains Vénézuéliens qui participent à cette même conversation. Les jeunes de cette famille nous inondent de questions touchant les langues, notre style de vie mais aussi la valeur de l’argent et la possibilité de se procurer des biens matériels qui leur sont aujourd’hui inaccessibles en raison de l’incroyable dévaluation de leur monnaie.

Venezuela 2015-04-05 008 Venezuela 2015-04-05 009

Ces échanges éclairants sur la vision des gens par rapport à ce qui se passe dans leur pays enrichissent énormément notre voyage. Encore une fois, nous trouvons les Vénézuéliens  tellement sympathiques et accueillants.

A l’aube d’entamer la troisième et dernière portion de notre visite du Venezuela nous sommes complètement renversés par ce que nous avons vécu au cours des dernières semaines. Il faut croire que nous aimons vivre dangereusement car nous ne voudrions pas que notre séjour au Venezuela se termine!

Publicités
Cet article, publié dans 2013-2015, Venezuela, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Venezuela: pour les braves seulement

  1. Den dit :

    Quelle aventure extraordinaire et inusitée, le Vénézuela vous a fait vivre!
    Coup de cœur pour les photos si colorées de la faune.
    Philippe est charmant avec sa nouvelle coupe.
    Christophe devient un beau jeune homme.
    Mathieu démontre beaucoup de bravoure face à l’anaconda.
    Pascale, tu es toujours aussi généreuse dans le partage de ce périple si particulier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s